GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 15 Août
Jeudi 16 Août
Vendredi 17 Août
Samedi 18 Août
Aujourd'hui
Lundi 20 Août
Mardi 21 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Colombie: attentat meurtrier contre la police à Baranquilla

    media Branaquilla, Colombie: les ambulances évacuent les policiers tués ou blessés dans l'attentat qui a frappé un commissariat dans le quartier de San José, le 27 janvier 2017. REUTERS/Jairo Cassiani

    Cinq policiers morts et 41 blessés. C’est le bilan de l’attaque à l’explosif qui a eu lieu samedi matin contre un poste de police dans la ville portuaire de Barranquilla au nord de la Colombie. Un homme a été arrêté. Le président Juan Manuel Santos, prix Nobel de la paix 2017, s’est rendu dans la soirée sur les lieux du drame.

    La bombe a explosé au petit matin à Baranquilla, ville de plus d'un million d'habitants, au moment de la relève, rapporte notre correspondante à Bogota, Marie-Eve Detœuf. Une cinquantaine de policiers étaient en rang, devant le poste de poste de police quand l’explosion s’est produite. Plusieurs des blessés sont dans un état critique. La vidéo des corps déchiquetés a circulé sur les réseaux sociaux.

    Le gouvernement et tous les candidats à la prochaine élection présidentielle ont condamné l’attentat. Même la FARC, le parti issu de la guérilla qui a signé la paix l’année dernière, a manifesté son émotion et sa solidarité avec la police.

    Trafic de drogue ? Guérilla ? Mafia locale ?

    L’homme arrêté aurait déclenché l'explosion de la bombe à distance. Mais pour le compte de qui agissait-il ? Le chef de la police et le maire ont d’abord évoqué la piste d’organisations mafieuses locales.

    «Nous n'avons pas le moindre doute qu'il s'agit de représailles après des opérations fructueuses menées récemment par la police contre le trafic de drogue, et pas seulement à Barranquilla», a déclaré Mariano Botero, le commandant de la police locale.

    Mais l’hypothèse ELN, dernière guérilla encore active dans le pays, officiellement engagée dans des négociations de paix, n'est pas complètement écartée.

    Pas de coupables encore mais beaucoup d’inquiétude. La Colombie n’avait pas connu d’attentats de ce genre depuis plusieurs années. Trois mille policiers seront dépêchés à Barranquilla pour assurer la sécurité du traditionnel et célèbre carnaval qui s’y tient en février. 

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.