GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 23 Mai
Jeudi 24 Mai
Vendredi 25 Mai
Samedi 26 Mai
Aujourd'hui
Lundi 28 Mai
Mardi 29 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    La Colombie suspend les pourparlers avec l'ELN suite à un attentat revendiqué

    media L'attaque la plus meurtrière, contre un commissariat de Barranquilla, a été revendiquée par l'ELN le 28 janvier 2018. REUTERS/Benjamin Beleno

    La Colombie a replongé ce week-end dans la terreur des attentats. Trois attaques à l'explosif contre des commissariats de police dans le nord du pays ont fait 9 morts et des dizaines de blessés. Dans un premier temps, les autorités avaient évoqué la piste des trafiquants de drogue. Mais dimanche 28 janvier, l'un des attentats, celui de Baranquilla, a été revendiqué par un groupe de l'ELN, la dernière guérilla active du pays. Le ministre colombien de la Défense confirme ce lundi la responsabilité de l'ELN. Le président Santos a annoncé la suspension des pourparlers avec le groupe armé, qui devaient reprendre ce mercredi.

    « Front de guerre urbain national », c'est le nom du groupe de l'ELN qui a revendiqué l'attaque de samedi 27 janvier à Baranquilla. Dans une déclaration publiée sur un site internet, habituellement utilisé par la guérilla, l'attentat meurtrier est qualifié d'« exercice légitime au droit à la rébellion ». La véracité de la déclaration reste encore à confirmer même si le ministre de Défense attribué ce lundi à la guérilla la responsabilité des attentats commis contre la police.

    Sur le lieu de l'attentat, les autorités ont arrêté un homme de 31 ans. Il avait sur lui des documents faisant état d'autres projets d'attaque. Des perquisitions ont également eu lieu à Bogota, où 4 personnes ont été arrêtées. Dans la soirée, le président Juan Manuel Santos a loué dans un tweet «la rapidité des forces publiques».

    Les pourparlers avec l'ELN compromis

    Mais le mal est fait : la population est sous le choc. Et dans ce pays en pleine campagne présidentielle, les candidats conservateurs très critiques envers le processus de paix avec les guérillas, ne se privent pas de se servir de l'émotion publique. Ils demandent au président de se retirer immédiatement des pourparlers avec l'ELN.

    Le cessez-le-feu entre l'Etat et l'ELN a expiré le 9 janvier dernier à minuit. Il avait été mis en place le 1er octobre 2017, une première dans l'histoire de cette rébellion armée apparue en juillet 1964. Depuis les accords de paix signés fin 2016 avec les FARC, l'ELN est la dernière guérilla active de Colombie mais les discussions avec le gouvernement, qui se tiennent à Quito, en Equateur, ont été suspendues ces dernières semaines, parce qu'après la fin du cessez-le-feu bilatéral l'ELN a commis plusieurs actions violentes.

    Les pourparlers devaient reprendre ce mercredi 31 janvier. Ce ne sera finalement pas le cas, a déclaré le président Santos. « J'ai pris la décision de suspendre l'ouverture du cinquième cycle des négociations qui était prévu dans les prochains jours étant donné que je ne vois pas de cohérence de la part de l'ELN entre ses paroles et ses actes », a annoncé le chef de l'Etat

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.