GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 18 Mai
Samedi 19 Mai
Dimanche 20 Mai
Lundi 21 Mai
Aujourd'hui
Mercredi 23 Mai
Jeudi 24 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    A la Une: Donald Trump et son discours sur l’état de l’Union

    media C'est au Capitol que Donald Trump prononcera son discours sur l'état de l'Union devant le Congrès, ce mardi 30 janvier 2017. ©REUTERS/Jim Bourg

    Justement c’est la grande question, selon les médias : Que va dire le président, et surtout, comment va-t-il le dire ? Car son comportement sera aussi -si ce n’est plus- plus important que les mots qu’il prononcera, écrit Politico. Selon le site d’information, il y a plusieurs inconnues, entre autres : le président suivra-t-il son script. A noter, selon Politico, que Donald Trump a souvent été félicité lorsqu’il est resté fidèle au prompteur. Autre interrogation, relayée par Politico : « Le président précisera-t-il ses politiques en direction des immigrants et par rapport à la réforme de la santé ? » Fort d’une économie qui tourne à plein régime, Donald Trump pourrait tendre la main aux démocrates, estime Politico. Car il est confronté à un électorat divisé. « Une bonne partie des Américains sont tellement dégoûtés par sa présidence qu’ils ont du mal à reconnaître, ne se serait-ce que quelques-uns des succès de cette administration. »

    Ce discours sur l’état de l’Union, le premier de Donald Trump, est un évènement très médiatisé. Du coup le New York Times s’est penché sur la relation entre le président et les médias. Sous la présidence Trump, les reporteurs sont en demande d’information et en même temps la cible d’attaques, écrit le journal. D’après Steve Bannon, l’ancien conseiller en chef à la Maison Blanche interrogé par le New York Times, c’est la « première présidence McLuhanesque ». En fait, Bannon fait allusion au théoricien de la communication Marshall McLuhan qui a développé l’idée selon laquelle « le média est le message ». La réalité devient moins importante que sa représentation. « Le monde numérique est plus réel que le monde physique », explique Steve Bannon, ajoutant que Donald Trump aurait parfaitement compris cette donne.

    La démission du directeur adjoint du FBI

    Selon CNN, Andrew McCabe est devenu la bête noire du président Trump qui lui reproche sa proximité avec les démocrates et son rôle dans l’enquête sur une éventuelle influence russe dans la campagne présidentielle de 2016. Alors que le président ne souhaitait pas commenter la démission surprise du numéro 2 de la Police fédérale, les démocrates, eux, craignent une purge au sein du FBI qui pousserait vers la sortie des proches de l’ancien directeur James Comey. C’est à la lire sur le site Politico.

    Bataille politico-judiciaire après le jugement de Lula

    Lundi 29 janvier 2018, les sympathisants de Lula ont organisé une manifestation à Sao Paulo durant laquelle ils ont dénoncé -à nouveau- la condamnation de l’ancien métallo à 12 ans et un mois de prison. C’est à lire dans le journal O Globo. De nouvelles preuves de son innocence seront présentées devant les Nations unies, a annoncé l’un de ses avocats à cette occasion.

    En attendant, la présidente de la Cour suprême s’est également exprimée sur le jugement. Carmen Lucia a mis en garde contre un recours devant son institution, un recours qui « abaisserait » le prestige de la Cour. Pour l’instant, elle refuse d’inscrire la question sur l’emprisonnement de Lula à l’ordre du jour de la prochaine séance. 

    Le journal canadien Le Devoir de son côté s’interroge sur l’avenir de Lula et du Parti des Travailleurs en cette année électorale. « Sous la présidence de Lula, le PT a mené une lutte titanesque contre la pauvreté et les inégalités. Que la gauche voit en lui un sauveur est compréhensible », écrit le quotidien québécois, avant d’ajouter: « Que cependant elle n’ait encore pour seule figure de rédemption, ce vieux routier de 72 ans  qui a quand même quelque chose de désolant. C’est signe de problème de renouvellement ».

    Justin Trudeau appelle à combattre l’islamophobie

    Un appel largement relayé et commenté par la presse canadienne. Le Premier ministre s’exprimait lors d’une cérémonie de commémoration à l’occasion du 1er anniversaire de l’attentat contre la mosquée de Québec qui avait fait six morts. C’est à la Une du Devoir. Selon le journal, l’événement venait « clore une longue fin de semaine de commémorations qui avait inclus une rencontre publique avec les familles des victimes à l’intérieur même du Centre culturel islamique de Québec ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.