GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 18 Juin
Mardi 19 Juin
Mercredi 20 Juin
Jeudi 21 Juin
Aujourd'hui
Samedi 23 Juin
Dimanche 24 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Grèce: accord des créanciers sur la dette et la sortie du plan d'aide (sources concordantes)
    • Acier: les mesures de rétorsion de l'UE contre Washington entrent en vigueur (officiel)
    • Syrie: au moins un mort dans une frappe de la coalition anti-EI contre l'armée (OSDH)
    • Mondial 2018: la Croatie bat l'Argentine 3-0 et se qualifie pour les 8e de finale. Les Argentins devront patienter.
    Amériques

    Mauricio Macri met fin aux emplois de complaisance au sein de l'exécutif

    media Le président argentin, Mauricio Macri, lors d'une cérémonie au palais présidentiel, à Buenos Aires, en Argentine, le 29 janvier 2018. Fuente: Reuters.

    En Argentine, le président Mauricio Macri a annoncé la fin des « emplois familiaux » dans l’administration. Les proches parents de membres du gouvernement qui travaillent pour l’État devront quitter leurs fonctions. Ces mesures ne concernent pour le moment que l'exécutif. Les provinces emboîteront-elles le pas en décidant également de mettre fin au népotisme ? Les Argentins sont circonspects.

    De notre correspondant à Buenos Aires,

    La portée de la mesure, annoncée par le président Macri lundi 29 janvier, a été précisée par un décret publié deux jours plus tard. Sont concernés les parents au premier ou second degré, y compris par alliance, de tous les membres de l’exécutif national, depuis les ministres et secrétaires d’État jusqu’aux directeurs d’administrations et de sociétés publiques. Ceux-là devront avoir quitté leurs fonctions au 1er mars.

    Des mesures contre le népotisme

    Il s’agit d’une quarantaine de personnes pour ce qui est du gouvernement, sans doute une centaine au total avec les autres postes qui dépendent de celui-ci. De fait, sans attendre le 1er mars, une petite dizaine de conjoints et d’enfants de ministres ont déjà démissionné. Il faut signaler par ailleurs que les proches du gouvernement qui sont fonctionnaires de carrière et étaient en poste avant l’arrivée au pouvoir de Macri en décembre 2015, donc non soupçonnés de bénéficier d’un emploi par népotisme, échappent à la mesure, ce qui paraît logique.

    La décision ne concerne que l’exécutif national : l’Argentine étant un pays fédéral, le président n’a pas autorité en la matière sur les provinces, qu’il a néanmoins exhorté à le suivre. Les deux plus importants districts du pays, la province de Buenos Aires et la capitale fédérale, tous deux dirigés par la majorité présidentielle, ont décidé de le faire. On verra ce qu’il en est pour les 23 autres provinces. Enfin, le pouvoir législatif, où les emplois familiaux sont légion, n’est pas touché : il faudrait pour cela un vote du Parlement ; or l’alliance gouvernementale n’a pas la majorité aux assemblées.

    Remonter la côte de popularité de Macri

    Quant aux raisons qui expliquent la décision du président à prendre une telle mesure , on peut en avancer plusieurs. D’abord, effacer la mauvaise image laissée dans l’opinion par un récent scandale impliquant le ministre du Travail dans une affaire d’emplois fictifs qui avait permis de révéler par ailleurs que plusieurs membres de sa famille travaillaient pour l’État. De fait, les premières à avoir démissionné ont été deux sœurs du ministre en question. Ensuite, donner l’exemple, en un moment où le gouvernement demande aux Argentins de se serrer la ceinture : la fin des emplois familiaux s’accompagne du gel des salaires des ministres et de l’engagement de réduire de 25% le nombre des membres de l’administration recrutés sur des critères politiques. Enfin, respecter la promesse de campagne de Macri  d’une plus grande transparence de la vie publique, après les douze années de pouvoir opaque du kirchnérisme.

    Les Argentins cirsconspects

    La société demande plus de transparence. Si, après le 1er mars, l’exécutif national en termine effectivement avec les emplois familiaux, et si les provinces emboîtent le pas, la popularité de Macri en sera renforcée. Mais les Argentins, habitués aux promesses non tenues et aux décisions dévoyées, sont assez sceptiques. Ils attendent donc de voir.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.