GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 14 Août
Mercredi 15 Août
Jeudi 16 Août
Vendredi 17 Août
Aujourd'hui
Dimanche 19 Août
Lundi 20 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Brésil: campagne de vaccination contre la fièvre jaune sur fond de carnaval

    media Une campagne nationale de vaccination contre la fièvre jaune est menée dans les grandes villes du Brésil comme ici São Paulo ou encore Rio, le 2 février 2018. Plus de 20 millions de personnes devraient être vaccinées d'ici la mi-février. REUTERS/Paulo Whitaker

    Au Brésil, face à l'épidémie grandissante de fièvre jaune, les autorités ont lancé de grandes campagnes de vaccination, dans les villes les plus touchées, comme São Paulo, la capitale économique, et Rio de Janeiro, où tout le pays se prépare au carnaval et où les touristes affluent. Et il y a urgence. Le stock de vaccins baisse dangereusement alors que plus de 20 millions de personnes devraient être vaccinées d'ici la mi-février.

    avec notre correspondant à Rio de Janeiro, François Cardona

    Dans le petit centre de santé, au pied de la favela, une trentaine de personnes attend patiemment. Abandonné sur une chaise, un quotidien dont la Une annonce une nouvelle victime de la fièvre jaune dans l'Etat de Rio de Janeiro.

    Une infirmière vient de vacciner João. « C'était assez rapide en fait, malgré la longue file d'attente, nous raconte l'étudiant. Les doses ont été bien réparties entre tout le monde. Mais le problème, c'est que les autorités attendent toujours que le dernier moment pour vacciner les gens... Nous n'avons pas été assez attentifs. »

    Face au risque de pénurie de vaccin, les doses injectées ont été fortement diminuées. Mais les autorités assurent que cela va permettre d'enrayer l'épidémie. Edmilson vit dans une zone boisée de la favela, qui surplombe le centre de santé. Là où les moustiques sont le plus virulent, mais Edmilson est confiant. « Maintenant je suis plus serein. Bien sûr, le vaccin normal protège toute la vie, mais apparemment, là, avec la dose fractionnée, je serai quand même immunisé pour 8 à 10 ans. J'espère que les autorités vont arriver à contrôler l'épidémie. Les gens de toute façon sont bien décidés à continuer de s'amuser ! »

    Et malgré les craintes liées à la fièvre jaune, le carnaval a déjà commencé à faire vibrer la ville, avec ce week-end, plus d'une centaine de défilés de rue.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.