GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 19 Octobre
Samedi 20 Octobre
Dimanche 21 Octobre
Lundi 22 Octobre
Aujourd'hui
Mercredi 24 Octobre
Jeudi 25 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Colombie: Rex Tillerson et Juan Manuel Santos parlent drogue et Venezuela

    media Le président colombien Juan Manuel Santos et le secrétaire d'Etat Rex Tillerson, à Bogota, le 6 février 2018. REUTERS/Jaime Saldarriaga

    Le secrétaire d’Etat américain continue sa tournée en Amérique latine. Il est arrivé mardi soir à Bogota où il a été reçu par Juan Manuel Santos. Les deux hommes ont donné enfin de journée une conférence de presse. Le pays, qui est historiquement un des meilleurs alliés de Washington sur le continent, reste le premier producteur mondial de cocaïne.

    Avec notre correspondante à Bogota,  Marie-Eve Detoeuf

    Le président Santos et Rex Tillerson ont parlé drogue. Et ils ont parlé Venezuela. Les deux sujets attendus. Le ton a été plus chaleureux que prévu. Il faut rappeler que le président Trump avait menacé de décertifier la Colombie en matière de lutte contre la drogue. En clair, couper l’aide américaine. Autre son de cloche mardi a Bogota.

    « Nous avons bien sur manifesté notre inquiétude concernant l’augmentation des champs de coca et de la production de cocaïne. Mais le président Santos nous a fait un très bon rapport. Il nous a expliqué les mesures qui avaient été prises et les progrès qui ont été faits. Nous sommes très satisfaits de ce que nous avons entendu et nous allons continuer à travailler avec la Colombie. Nos deux nations doivent relever ensemble le défi. »

    Autre défi du moment pour Washington : se débarrasser du président vénézuélien Nicolas Maduro. Comment ? Tillerson a évoqué des pressions diplomatiques. A ses côtés, Santos s’est montré très dur : « Nicolas Maduro n’acceptera jamais d’aller à des élections libres et transparentes parce qu’il sait qu’il les perdra. Il est urgent de ramener la démocratie au Venezuela. »

    Santos a demandé aux Américains de l’aide pour faire face à l’afflux de réfugiés en provenance du pays voisin.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.