GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 16 Mai
Jeudi 17 Mai
Vendredi 18 Mai
Samedi 19 Mai
Aujourd'hui
Lundi 21 Mai
Mardi 22 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    A la Une: date fixée pour la présidentielle au Venezuela

    media Tibisay Lucena, la présidente du CNE, le Conseil national électoral du Venezuela. REUTERS/Carlos Garcia Rawlins TPX IMAGES OF THE DAY

    Tibisay Lucena, la présidente du CNE, le Conseil national électoral du Venezuela, a dévoilé hier soir la date de la prochaine élection présidentielle. Le scrutin se tiendra le 22 avril prochain. Cette annonce est intervenue quelques heures seulement après l'échec des pourparlers entre le gouvernement de Nicolas Maduro et l'opposition vénézuélienne.

    En Une, le journal 2001 résume en quelques mots le contexte dans lequel les Vénézuéliens se réveillent ce matin : « Le dialogue est mort et l'élection présidentielle se tiendra dans 73 jours ».

    Correro del Caroni consacre un très long article au déroulement de la journée d'hier en République dominicaine. Selon les déclarations de Julio Borges, à la tête de la délégation de l'opposition, les négociateurs du gouvernement ont refusé de recevoir les dernières modifications apportées par l'opposition au texte de l'accord final. Ces exigences de l'opposition concernaient toujours les garanties, selon elle, nécessaires pour que la présidentielle puisse se tenir de manière libre et transparente. Y figuraient notamment l'admission des deux figures emblématiques de l'opposition, Henrique Capriles et Leopoldo Lopez, comme candidats au scrutin. Mais aussi la question des observateurs internationaux et des instances internationales capables de prendre en charge d'éventuelles contestations.

    De son côté, la délégation du gouvernement accuse l'opposition d'avoir subi des pressions américaines pour ne pas signer l'accord, rapporte Ultimas Noticias. Toujours est-il qu'après l'interruption de la séance de négociations à Saint-Domingue, la MUD a appelé le gouvernement à ne pas annoncer de manière unilatérale la date de la présidentielle, souligne El Universal. Mais cet appel est resté lettre morte.

    De son côté le quotidien Correo del Caroni conclut : « La dictature a sciemment fait capoter les négociations afin de pouvoir se tailler une élection présidentielle sur mesure ».

    Nicolas Maduro lance un nouveau mouvement politique

    A en croire le président, « Somos Venezuela », « Nous sommes le Venezuela » n'est pas un parti politique mais « un mouvement socioculturel » qui vise, selon ses dires, à « rassembler tous les courants sociaux du pays afin de démocratiser encore davantage la société vénézuélienne et la rendre plus participative », rapporte le quotidien Correo del Orinoco.

    Il n'empêche que ce « mouvement socio-culturel » aura bien sa place sur les bulletins de vote. Puisque, comme le constate amèrement El Nacional, le CNE a « approuvé en un temps record » l'inscription de Somos Venezuela à la prochaine élection présidentielle, tout en excluant du scrutin la coalition de la MUD, et l'un de ses plus emblématiques partis membres, Primero Justicia. « Voilà que plus rien ne semble faire obstacle à la réélection de Nicolas Maduro », écrit le journal. Et ceux parmi les traditionnels électeurs chavistes qui pourraient être tentés de s'abstenir, voire même de voter pour l'opposition, seront désormais « surveillés de près par les membres de Somos Venezuela » qui pour El Nacional n'est rien d'autre qu'une « organisation para-policière dont les membres sont chargés d'espionner les sympathisants chavistes ».

    Colombie : ELN annonce « grève armée »

    En Colombie, l’ELN a annoncé une « grève armée » pour le week-end prochain. Dans tous les territoires où elle opère, la dernière guérilla du pays exige une paralysie des transports et de toute autre activité de samedi à lundi prochain inclus, explique El Colombiano qui souligne que la guérilla veut ainsi forcer le gouvernement à retourner à la table des négociations, des négociations suspendues par le président Juan Manuel Santos après des attaques meurtrières commises par l'ELN.

    Cette annonce a été rejetée « avec fermeté par le ministre de la Défense », note El Tiempo. « Menacer l'Etat, le gouvernement et surtout la population de violence est inacceptable », a déclaré Juan Carlos Villegas. « Cette grève armée est en contradiction totale avec la supposée volonté de l'ELN de chercher la paix ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.