GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 19 Février
Mardi 20 Février
Mercredi 21 Février
Jeudi 22 Février
Aujourd'hui
Samedi 24 Février
Dimanche 25 Février
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    La Colombie durcit le ton face à l’afflux de migrants vénézuéliens

    media Le président Santos s'adresse aux médias à Cucuta, le 8 février 2018. REUTERS/Carlos Eduardo Ramirez

    Plus de contrôles et plus de militaires à la frontière entre la Colombie et le Venezuela. Le président Juan Manuel Santos a fait le voyage jeudi à Cucuta, la grande ville frontière. Les migrants vénézuéliens qui fuient la crise de leur pays y arrivent de plus en plus nombreux. Le gouvernement colombien craint une crise humanitaire.

    Avec notre correspondante à Cucuta, Marie Eve Detoeuf

    Un président et neuf ministres présents à Cucuta, c'est une façon de dire que la situation y est grave. Jamais la Colombie n'avait connu un tel afflux de migrants. Le président l'a rappelé dès le début de son discours : « Comme nous le savons tous, le problème des migrants vénézuéliens est un problème qui s'aggrave, c'est un problème complexe, nous n'avons pas d'expériences passées pour l'affronter. »

    La Colombie fait aujourd'hui le choix de durcir sa politique d'accueil. Deux mille soldats vont être envoyés en renfort pour tenter de contrôler la frontière, longue de 2 000 kilomètres : « Nous avons pris des mesures pour renforcer les contrôles, pour mieux sécuriser la frontière et pour créer des emplois aussi. Le message important est que le problème ne peut être réglé par le gouvernement tout seul, c'est un problème de tous les Colombiens. »

    Et c'est un problème international, a dit le président. La chercheuse Francesca Ramos de l'Université du Rosaire en Colombie en est convaincue, « la Colombie, seule, ne peut gérer situation. La Colombie a besoin d'appui, de savoir en matière de migrations. Ses institutions n'ont pas été formées à cette question. Et la Colombie a besoin d'appui régional parce que le cas du Venezuela affecte toute la région. »

    Pour les migrants vénézuéliens, la Colombie n'est souvent qu'un pays de transit.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.