GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 13 Août
Mardi 14 Août
Mercredi 15 Août
Jeudi 16 Août
Aujourd'hui
Samedi 18 Août
Dimanche 19 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    A la Une: le Congrès américain vote le budget

    media La cheffe des démocrates, Nancy Pelosi, à la sortie du Congrès après le vote du Shutdown, le 9 février 2018 à Whashington. ©REUTERS/Joshua Roberts

    L’administration américaine a dû fermer ses services durant 5 heures. Mais cela s’est passé dans la nuit de ce vendredi. Du coup, ce matin, l’administration fonctionne normalement « sans que les Américains se soient rendu compte de sa fermeture provisoire », écrit le Washington Post.

    Les journaux se penchent notamment sur le fait que le compromis fait exploser les dépenses fédérales. C’est un compromis pour dépenser « beaucoup d’argent », estime le Washington Post. Plus de 500 milliards de dollars de plus dans les deux prochaines années. La plus importante augmentation de budget, depuis la tentative de surmonter la grande dépression dans les années trente, au siècle dernier.

    Où va l’argent ? Notamment aux forces armées qui reçoivent la part du lion de ce nouveau budget, à savoir 60%. Mais l’opposition démocrate a aussi de quoi se réjouir, explique le Washington Post. Car les dépenses augmentent considérablement pour l’éducation, les infrastructures et la santé. D’après Politico, c’est toutefois les républicains qui peuvent crier victoire. Mais c’est une victoire qui coûte –littéralement- très cher.

    Les « dreamers », grands perdants de l’accord budgétaire

    Les « dreamers », ces jeunes immigrés entrés illégalement dans le pays alors qu’ils étaient enfants. Leur statut de protection crée par l’ancien président Obama expire le 7 mars, rappelle le Washington Post. L’autre grand perdant de cette longue nuit est Nancy Pelosi, écrit Politico. La cheffe des démocrates à la Chambre a tenté - en vain - de conditionner le vote du budget sur le sort des « Dreamers. D’après le New York Times, le président Donald Trump devrait signer rapidement la loi afin d’éviter des dysfonctionnements administratifs.

    La Colombie renforce les contrôles à la frontière vénézuélienne

    Les nouveaux contrôles instaurés par la Colombie font la Une des journaux vénézuéliens. Le journal El National se veut pédagogique et détaille pour ses lecteurs et lectrices les mesures prises par la Colombie : Plus de 2000 policiers supplémentaires seront déployés le long de la frontière. Désormais, les Vénézuéliens doivent présenter un passeport ou une carte migratoire pour entrer en territoire colombien. Ceux qui y vivent déjà doivent se faire enregistrer. Selon le journal chaviste Ultimas Noticias, le président Santos rend la vie « plus dure aux Vénézuéliens ». Une lecture que ne partage pas le quotidien colombien El Tiempo. Il s’agit tout simplement de « contrôler » davantage l’arrivée des migrants en Colombie. Le président Santos a d’ailleurs annoncé la mise en place, avec l’aide des Nations Unions, d’un centre d’hébergement pouvant accueillir 2000 personnes.

    Le Brésil aussi confronté aux réfugiés vénézuéliens

    Le Brésil est également touché par cette crise humanitaire. Le gouvernement prendra en charge environ mille réfugiés vénézuéliens arrivés dans l’Etat de Roraima. C’est à lire dans le journal O Estado. Ils seront transférés et hébergés dans d’autres Etats du pays. Selon le journal, le ministre de la Défense doit annoncer, dans les prochains mois, un plan d’action afin de gérer cette crise sur un plan humanitaire et sécuritaire. D’après O Estado, entre 30 et 40 000 Vénézuéliens se sont réfugiés au Brésil.

    Lancement du carnaval de Rio

    Les médias brésiliens se focalisent sur un grand évènement qui va rythmer les prochains jours dans le pays : le Carnaval. Des paillettes, des plumes, et de la samba. C’est le Carnaval de Rio qui sera lancé ce vendredi 9 février 2018 toujours selon le même rituel : une remise des clés de la ville au Roi Momo, monarque obèse et jovial qui symbolise l'exubérance sensuelle.

    Mais d’après O Globo, le Carnaval 2018 sera aussi politique, très politique avec des critiques acerbes à l’encontre du maire évangélique Marcelo Crivella qui avait réduit le budget attribué aux écoles de samba. La colère des « sambistas » trouvera un écho dans le défilé de l’école de Mangueira qui aura pour thème : « Avec ou sans argent, je profite du carnaval ».

    Le Carnaval mais pas en costume d’indien ou de transsexuel.

    C’est raciste et discrétoire. En tout cas selon le site Catraca Livre qui publie un appel d’une artiste amérindienne dans lequel elle demande aux participants du Carnaval de renoncer à ce genre de déguisement. Le Carnaval victime du politiquement correct, commente le journal O Globo.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.