GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 14 Octobre
Lundi 15 Octobre
Mardi 16 Octobre
Mercredi 17 Octobre
Aujourd'hui
Vendredi 19 Octobre
Samedi 20 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Budget italien: l'Union européenne demande des «clarifications» à Rome (Commission)
    Amériques

    Etats-Unis: deux policiers jugés dans un retentissant procès pour corruption

    media (Photo d'illustration) Des policiers déployés à Baltimore en avril 2015. Mark Makela/Getty Images/AFP

    Aux Etats-Unis, la justice a reconnu ce lundi 12 février deux policiers de Baltimore coupables de racket et d’association de malfaiteurs, lors d’un procès pour corruption très médiatisé. Si pour l’instant la peine n’a toujours pas été prononcée, les deux agents d’une unité d’élite de cette ville de la côte Est des Etats-Unis risquent la réclusion à perpétuité, tant les preuves présentées par le procureur sont accablantes.

    C’est le tribunal de Baltimore qui jugeait ce lundi cette rocambolesque affaire mêlant huit officiers de la Gun trace task force, une unité d’élite censée traquer les armes disséminées dans les quartiers pauvres de ce grand port de la côte Est des Etats-Unis.

    Six de ces huit policiers avaient déjà plaidé coupables, espérant ainsi atténuer leur peine. Les deux autres, Daniel Hersl et Marcus Taylor, risquent quant à eux la réclusion à perpétuité.

    Rackets, cambriolages, fausses dépositions, vols à main armée, vente d’armes, trafic de drogue, fausses preuves et même triche sur les heures supplémentaires... La liste des pratiques de ces 8 hommes abordée pendant les débats de ce procès fait froid dans le dos. Ces policiers misaient sur le fait que leurs victimes – très souvent des dealers – issues majoritairement de la minorité afro-américaine, n’oseraient pas porter plainte.

    Une affaire qui vient ternir encore plus la réputation de Baltimore, une ville qui arrive au second rang national en 2017 en matière d’homicides, avec 343 meurtres, derrière Saint-Louis, mais devant Chicago. Une affaire qui risque de laisser des traces selon de nombreux experts, dans une ville dont la population ne fait pratiquement plus confiance à sa police.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.