GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
Aujourd'hui
Vendredi 23 Août
Samedi 24 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Emmanuel Macron à Boris Johnson: «L'avenir du Royaume-Uni ne peut se trouver qu'en Europe»
    • Brexit: Boris Johnson «veut un accord», «encouragé» par sa rencontre, mercredi, avec Merkel
    • Séoul indique vouloir rompre un accord de partage de renseignements militaires avec Tokyo (présidence)
    • Kosovo: Le Parlement a été dissous par les députés, signale l'AFP
    • Syrie: le régime va permettre aux civils de sortir de la province d'Idleb (agence officielle Sana)
    • Chine: des morts et des disparus dans des coulées de boue dans une région montagneuse du sud-ouest du pays (autorités)
    • Inde: spectaculaire arrestation de Palaniappan Chidambaram, ancien ministre des Finances devenu l'un des leaders de l'opposition
    • Ce 22 août, la Russie a lancé «Fedor», son premier robot humanoïde, vers la Station spatiale internationale
    • Texas: douzième exécution depuis le début de l'année aux États-Unis
    Amériques

    Brésil: l'armée prend le contrôle de Rio pour enrayer la délinquance

    media L'armée brésilienne lors d'une opération dans une favela de Rio le 18 janvier 2018. REUTERS/Ricardo Moraes

    Au Brésil, la sécurité de Rio de Janeiro va passer entre les mains de l'armée. Une décision prise par décret, par le président Temer, suite à l'augmentation spectaculaire de la criminalité ces derniers mois, surtout durant le carnaval. Une décision polémique mais Michel Temer a affirmé que « le crime organisé avait quasiment pris le contrôle de Rio », des mesure exceptionnelles donc, inédite même, car toutes les forces de police seront sous l'autorité de l'armée.

    Avec notre correspondant à Rio de Janeiro, François Cardonna

    L'armée va prendre le contrôle de l'ensemble des forces de police. La mesure présidentielle doit encore être validée par le Parlement, mais un général a déjà été nommé pour assurer la sécurité de l'Etat. C'est ce militaire qui avait assuré le maintien de l'ordre dans la ville durant les Jeux olympiques de 2016.

    Ce général va remplacer un civil : le secrétaire à la Sécurité publique a été suspendu de ses fonctions. Le maire, en déplacement à l'étranger a salué, cette mesure inédite.

    L'insécurité et la délinquance explosent

    L'insécurité dans la ville de Rio est devenue problématique ces derniers mois. Les vols, agressions et braquages sont monnaies courantes. Leur nombre a explosé durant le carnaval.

    C'est la première fois depuis l'adoption de la Constitution en 1988 qu'une telle intervention de l'Etat fédéral est décidée, avec l'armée activée pour prendre la main sur une institution civile de sécurité.

    Les militaires pourrait rester en charge de la sécurité de Rio jusqu'à la fin de l'année, afin, selon le président Temer, d'éradiquer la criminalité, qu'il compare à un cancer sur le point de contaminer tout le pays.

    Une ville au bord de la faillite

    L'Etat de Rio est au bord de la faillite et les coffres publics sont vides. Les salaires des fonctionnaires, notamment des policiers, sont versés avec des mois de retard.

    Des hélicoptères dans le ciel, des jeeps et des blindés légers qui patrouillent, les habitants de Rio y sont presque habitués. Ces dernières années, l’armée a été mobilisée pour de nombreux événements ou opérations mais jamais un militaire n’avait été en charge de l’ensemble des forces de police.

    « Les bandits s’attaquent à tout maintenant. Aux passants, mais ils braquent aussi des banques, ils vous attaquent au marché ou au restaurant », explique Cris, 39 ans, qui tient une boutique dans le centre de la ville.

    Des habitants partagés

    Pour Raul, un étudiant de 23 ans, l’arrivée de l’armée rappelle l’époque de la dictature, à la tête du pays de 1964 à 1985. « Je pense que c’est le résultat d’une très mauvaise gestion, qui a permis d’en arriver à cette situation. Mais c’est aussi une démonstration très claire que le pays n’a pas réussi à surmonter son passé militaire. Mettre l’armée, dans la population, ce ne sera jamais la bonne solution », déplore le jeune homme.

    Ces dernières années, le gouvernement brésilien a fait appel à l’armée pour le maintien de l’ordre, à de très nombreuses reprises, dans tout le pays.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.