GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 15 Novembre
Samedi 16 Novembre
Dimanche 17 Novembre
Lundi 18 Novembre
Aujourd'hui
Mercredi 20 Novembre
Jeudi 21 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Etats-Unis: un fils sauvé de la peine de mort par son père qu'il voulait tuer

    media Kent Whitaker (à gauche) et son fils Bart, lors d'une visite dans sa prison de Polunsky, au Texas en 2016. FAMILY HANDOUT / AFP

    Aux Etats-Unis, trois exécutions de condamnés à mort étaient programmées jeudi 22 février dans trois Etats différents. Une première depuis plus de huit ans. En Floride, un homme a ainsi été tué par injection létale pour le meurtre d’une étudiante en 1993. En Alabama, malgré une suspension momentanée à cause de son état de santé qui risquait de rendre le moment trop douloureux, un autre a finalement subi le même sort pour le meurtre d’un employé de motel en 1987. Mais au Texas, Bart Whitaker a échappé in extremis à l’exécution, sauvé par les appels répétés de son père, qui aurait pourtant dû être l’une de ses victimes.

    Avec notre correspondant à New York, Grégoire Pourtier

    Encore sur son lit d’hôpital, le thorax perforé par une balle de 9 mm, Kent Whitaker s’était immédiatement dit prêt à offrir un « pardon miraculeux » au meurtrier de sa femme et de son second fils, meurtrier qui avait aussi essayé de le tuer. Près de 15 ans plus tard, il se veut toujours miséricordieux.

    Surtout, on sait désormais ce qu’il s’est passé ce soir-là, chez lui, quand un intrus a décimé sa famille. C’est son autre fils, Bart, présent sur place, qui avait engagé un tueur à gage. « Trop de haine accumulée » contre les siens, a-t-il justifié plus tard.

    Pardon

    Au contraire, Kent Whitaker a lui toujours été un fervent chrétien, c’est donc Dieu qui l’aurait aidé à trouvé le chemin du pardon. Il a écrit un livre pour expliquer qu’il s’agissait de la meilleure voie pour faire son deuil et il aurait même retissé un lien affectif avec son fils.

    Depuis la condamnation de Bart, qui avait 23 ans à l'époque des faits, en décembre 2003, il se bat pour lui éviter la peine de mort, et ces derniers jours, il remuait donc ciel et terre.

    L’exécution était programmée ce jeudi et le gouverneur du Texas n’a finalement accepté de commuer la sanction en prison à perpétuité que 30 minutes avant l’heure prévue pour l’injection létale. En réaction, Bart Whitaker s’est dit reconnaissant, « pas pour [lui], mais pour [son] père ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.