GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 15 Décembre
Dimanche 16 Décembre
Lundi 17 Décembre
Mardi 18 Décembre
Aujourd'hui
Jeudi 20 Décembre
Vendredi 21 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Tuerie de Floride: Les lycéens de Parkland dans le collimateur de «l’alt-right»

    media David Hogg, étudiant au Lycée Marjory Stoneman Douglas de Parkland, lors d'un rassemblement appellant à davantage de contrôles sur les armes à feux, le 17 février 2018. Jonathan Drake / REUTERS

    Depuis la tuerie du lycée de Parkland en Floride, leurs élèves sont devenus les visages du militantisme contre les armes à feu aux États-Unis. Dès les premières heures après le massacre, ils ont dénoncé l’inactivité des politiques et notamment de Donald Trump, face à la multiplication des fusillades en milieu scolaire : 18 depuis le début de cette année aux États-Unis. Mais sur internet, les lycéens de Parkland sont devenus la cible de l’extrême droite américaine et des adeptes de théories complotistes, qui les accusent d’être des acteurs ou d’être manipulés par la gauche.

    de notre correspondant à San Francisco,

    Sur les réseaux sociaux, des vidéos accusent les victimes de la fusillade de Parkland d’être des acteurs, notamment manipulés par le camp anti-Trump et les anti-armes à feu.

    Certaines de ces vidéos sont devenues virales ces derniers jours, à un tel point que YouTube a dû s’excuser pour cela. Car mercredi matin, sur la page d’accueil, la première vidéo conseillée par le site, car elle était en tête de ses partages, était celle qui accusait David Hogg, l’un des lycéens survivant le massacre, d’être tout simplement un acteur professionnel.

    Des tweets aimés par Donald Trump Jr

    Pour appuyer sa théorie complotiste, l’auteur a déterré des extraits d’une interview donnée par le lycéen de 17 ans à une chaîne de télévision locale lors de ses vacances en Californie cet été au sujet d’un banal fait divers. Bien avant la tuerie de Floride et sans aucun rapport avec cette dernière. Bilan : plus de 200 000 vues avant d’être retirée par YouTube.

    Il était pourtant trop tard, car ces contenus ont pris une vraie ampleur virale aux États-Unis. Certains tweets calomniant la victime ont même été aimés par Donald Trump Jr, le fils du président américain. Résultat : David Hogg a dû s’exprimer sur CNN pour nier être un « acteur » payé par la cause anti-armes. « Je suis juste quelqu’un qui a dû assister à tout cela et qui doit vivre avec tout cela », a déclaré le jeune homme visiblement consterné par ces calomnies complotistes.

    Quand des victimes se muent en militants

    Il est dans le viseur des théories conspirationnistes sûrement parce qu’il est devenu avec ses camarades le porte-voix de la cause anti-arme à feux aux États-Unis après les 17 morts de son lycée. David Hogg est d’autant plus dans le collimateur que son père est un agent retraité du FBI, particulièrement critiqué par Donald Trump pour ne pas avoir réagi malgré les alertes sur le comportement du tueur.

    Mais surtout c’est la première fois que des victimes prennent la parole pour se muer en militant d’une réforme de la législation sur les armes. Toujours très éloquents, ces lycéens de Parkland ont ému l’opinion avec de vibrants discours dans les heures qui ont suivi la tuerie. Ils sont parvenus à déclencher un débat aux Etats-Unis, poussant le président à réagir. Les survivants ont également promis de manifester à Washington le 24 mars et ont reçu un million de dollars en soutien de l’acteur George Clooney et de l’animatrice Oprah Winfreh.

    Des survivants « utilisés comme outils politiques » ?

    Les lycées sont par conséquent devenus la bête noire de l’alt-right, l’extrême droite américaine. Un site ultraconservateur les accuse même d’avoir été « utilisés comme outils politiques par l’extrême gauche » et d’avoir reçu une préparation de la CNN, média détesté par les ultraconservateurs américains.

    Emma Gonzalez (2e G), rescapée de la fusillade de Portland, est devenue l'égérie du mouvement des jeunes étudiants contre les armes à feu. Elle assistait au débat organisé mercredi soir en Floride par CNN. REUTERS/Michael Laughlin

     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.