GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 16 Septembre
Lundi 17 Septembre
Mardi 18 Septembre
Mercredi 19 Septembre
Aujourd'hui
Vendredi 21 Septembre
Samedi 22 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • France-CSG: 300 000 retraités bénéficieront en 2019 d'un geste fiscal (Philippe)
    • Guerre commerciale: le patron d'Alibaba Jack Ma renonce à sa promesse de créer un million d'emplois aux Etats-Unis (Chine nouvelle)
    • Japon: le Premier ministre Shinzo Abe a été réélu à la tête de son parti (officiel)
    Amériques

    Corruption: l'étau se resserre autour du président brésilien Michel Temer

    media Le président brésilien Michel Temer au Forum de Davos le 24 janvier 2018. REUTERS/Denis Balibouse

    Le 2 mars, la Cour suprême du Brésil a élargi àMichel Temer le champ de l'enquête ouverte sur une affaire de corruption impliquant le groupe de BTP Odebrecht. Le taux de popularité du président est désormais inférieur à 5%.

    Avec notre correspondant à Rio de Janeiro, François Cardona

    Au Brésil, le président est désormais inclus dans une nouvelle enquête, qui concerne directement deux de ses actuels ministres. Ces derniers auraient reçu des pots-de-vin avant leur mandat dans l’actuel gouvernement, du groupe de construction Odebrecht.

    Au coeur d’un énorme scandale de corruption, la multinationale brésilienne a accepté de collaborer avec la justice. L'un de ses anciens directeurs affirme que Michel Temer était au courant des versements de dessous-de-table à sa formation, le Parti du mouvement démocratique brésilien (PMDB) en 2014, pour un montant d'environ 3 millions de dollars.

    Enquête malgré l'immunité

    Le juge Edson Fachin, de la Cour suprême, a pris la décision de permettre à la police fédérale d’enquêter sur cette affaire, dans laquelle le président brésilien serait impliqué, et ce en dépit de l'immunité que lui confère sa fonction durant son mandat.

    A l'époque des faits, Michel Temer était le vice-président de Dilma
    Rousseff, destituée en 2016 pour avoir maquillé les comptes publics. Impliqué depuis dans plusieurs enquêtes pour corruption, le président brésilien a pour l’instant réussi à échapper aux poursuites. L’année dernière, il avait reçu l’appui du Parlement qui avait voté contre sa mise en accusation.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.