GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 21 Juin
Vendredi 22 Juin
Samedi 23 Juin
Dimanche 24 Juin
Aujourd'hui
Mardi 26 Juin
Mercredi 27 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    L'ex-président bolivien Gonzalo Sanchez de Lozada va être jugé aux Etats-Unis

    media L'ex-président bolivien Gonzalo Sanchez de Lozada le 20 octobre 2003 à Washington, quelques jours après avoir fui son pays. NICHOLAS ROBERTS / AFP

    Ce lundi 5 mars débute un procès hors norme à Fort Lauderdale en Floride. Un ex-président bolivien va être jugé par un tribunal civil pour avoir ordonné la répression violente de manifestations en Bolivie en 2003. Gonzalo Sanchez de Lozada a quitté son pays il y a 15 ans et n'y est jamais revenu, pour ne pas y être jugé, mais c'est finalement une cour américaine qui s'est emparée de l'affaire.

    Avec notre correspondante à La Paz, Alice Campaignolle

    Voilà 15 ans que les Boliviens attendent ce moment : le procès de l'ex-président Gonzalo Sanchez de Lozada, dit Goni, qui a fui le pays, direction Miami, une nuit d'octobre 2003. La demande d'extradition n'a jusqu'ici pas abouti.

    C'est une cour fédérale de Floride qui s'est emparée du cas, grâce à une forme de compétence universelle des tribunaux américains face à des exécutions ordonnées par des autorités, où que ce soit dans le monde.

    Après plusieurs années de bataille juridique, l'ex-président et son ministre de la Défense devront répondre de leurs actes lors de la répression de manifestations en 2003, qui a fait plus de 60 morts. Mais il n'y aura ce lundi sur les bancs du tribunal que les familles de huit victimes, face aux deux accusés. Ce procès civil permettra, si la responsabilité est reconnue, une indemnisation pour ces Boliviens ayant perdu des membres de leur famille.

    Mais pour Freddy Avalos, l'un des avocats des victimes, l’enjeu de ce procès n'est pas seulement de l'argent. « L'important dans ce procès, c'est qu'une fois qu'il y aura eu un jugement favorable pour les victimes, une fois que Sanchez de Lozada aura été condamné, les Boliviens pourront de nouveau exiger son extradition », a-t-il affirmé. Le procès pourrait durer un mois. 

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.