GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 17 Septembre
Mardi 18 Septembre
Mercredi 19 Septembre
Jeudi 20 Septembre
Aujourd'hui
Samedi 22 Septembre
Dimanche 23 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Amériques

    [Reportage] #MeToo: les Fly Girls, de jeunes Afro-Américaines prennent la parole

    media Au lycée McClymonds d’Oakland, des lycéennes noires ont formé un groupe baptisé les « FLY Girls » pour « First love yourself ».(Photo d'illustration). (Photo by Gabriel Olsen/WireImage)

    Les retombées de l'affaire Harvey Weinstein et du mouvement MeToo aux Etats-Unis ne concernent pas seulement Hollywood mais touchent aussi toutes les couches de la population. En Californie, de jeunes femmes noires vivent elles aussi leur « moment MeToo ». Dans la ville d’Oakland, connue pour ses taux de criminalité élevés, un récent rapport met en lumière le sentiment d’insécurité des jeunes filles de couleur qui craignent harcèlement et agressions sexuelles. Dans le lycée McClymonds d’Oakland, des lycéennes noires ont formé un groupe baptisé les « Fly Girls » pour « First love yourself » pour échanger leurs expériences.

    De notre envoyé spécial à Oakland,

    [Reportage] Les «Fly Girls», de jeunes Afro-Américaines prennent la parole 08/03/2018 - par Eric de Salve Écouter

    Elles se réunissent dans une petite salle discrète de leur lycée d’Oakland. Elles sont une vingtaine, âgées de 14 à 18 ans, toutes sont noires et souffrent de harcèlement…comme Annie : « Je marchais vers l’arrêt du bus. Je courrais, ma cousine aussi. J’ai eu chaud, j’ai enlevé ma veste. J’avais un débardeur. Et là, un homme gare sa voiture à ma hauteur. Il a sorti de l’argent et il m’a dit monte. Et j’ai dit quoi ? Il m’a dit 'monte dans la voiture'. J’ai pris la main de ma cousine et on s’est mise à courir. J’ai fondu en larmes parce que j’avais peur. Je ne comprenais pas ce qu’il m’arrivait. Parce qu’avant j’habitais un quartier blanc, où les gens étaient sympas les uns avec les autres. Maintenant j’ai peur quand je marche seule, je ne suis plus à l’aise à Oakland. Chaque semaine, j’ai l’impression que je recroise cet homme et j’ai peur ».

    Les Afro-Américaines particulièrement touchées

    Au quotidien, dans ce quartier populaire souvent violent, Annie évite désormais de se découvrir. Assise en face, sa camarade Tamia, lycéenne de 16 ans, estime que les femmes noires subissent un harcèlement spécifique : « Nous sommes plus susceptibles d’être harcelées parce que nous avons plus d’atouts que les femmes d’autres origines ethniques. On a des seins plus gros, des hanches plus larges, et tout ça. Donc ils se sentent autorisés à nous toucher. Même si on refuse. Ce n’est pas juste. Quand on porte certains vêtements, ils disent, 'oh, elle a des grosses fesses', mais pour une femme d’une autre origine c’est un tout autre scénario. Les femmes afro-américaines, nous sommes « sexualisées » en permanence ».

    La parole se libère

    Dans leur groupe de discussion, baptisé les Fly Girls, la parole la plus intime de ces jeunes lycéennes d’Oakland trouvent aujourd’hui un écho grâce au mouvement #MeToo. En confiance, entourée de ses amies, Naje’e 17 ans, raconte ce qu’elle a subi: « L’histoire du #MeToo, ça me touche, parce que ça m’est aussi arrivé dans le passé. Quand j’avais 10 ans, j’ai été violée. Je suis heureuse d’avoir un groupe d’amies à qui en parler. Sans être jugée. Je n’en avais jamais vraiment parlé avant. Mais depuis l’histoire du #MeToo, je sens que…oui…c’est plus facile d’en parler. Parce que je ne suis pas la seule à avoir enduré ça. »

    Sensibiliser les garçons de leur âge

    Une parole adolescente traumatisée, celle de Joanne, 17 ans, se joint aux autres. Parler permet selon elle d’ouvrir un dialogue avec les garçons. « Dans ma vie, j’ai fait face au harcèlement, fréquemment. Ce groupe de parole et le mouvement #MeToo m’ont beaucoup aidée pour essayer de faire face et de parler. Le mouvement #MeToo nous permet d’engager un dialogue avec les garçons. De façon à ce qu’ils comprennent ce qu’on traverse. Comment ce qu’ils font, ce qu’ils disent nous affecte. C’est plus facile d’avoir ces discussions maintenant. Etre dans ce groupe de fille m’aide beaucoup aussi. » Portées par le mouvement #MeToo, les Fly girls du lycée McClymonds d’Oakland récitent fièrement leur serment d’entraide. Et espèrent continuer à éveiller les consciences masculines.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.