GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 12 Octobre
Dimanche 13 Octobre
Lundi 14 Octobre
Mardi 15 Octobre
Aujourd'hui
Jeudi 17 Octobre
Vendredi 18 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Chili: les principaux dossiers qui attendent Sebastian Piñera

    media Sebastian Piñera, le président chilien de retour au pouvoir après la présidentielle du 17 décembre dernier, à Santiago, ce samedi 10 mars 2018, à la veille de son investiture. REUTERS/Pablo Sanhueza

    Les Chiliens changeront officiellement de président ce dimanche 11 mars. Le milliardaire de droite Sebastian Piñera prend ses fonctions et remplacera la socialiste Michelle Bachelet. Il revient pour la deuxième fois au pouvoir, dans un contexte économique favorable : la croissance devrait par exemple atteindre 3% cette année, bien plus qu'en 2017. Pour autant, plusieurs dossiers sensibles attendent Sebastian Piñera dès les premiers mois de son mandat.

    Avec notre correspondante à Santiago,  Justine Fontaine

    L’un des dossiers qu'il devra gérer en priorité, c'est la relation entre les autorités chiliennes et les communautés mapuches. Cette ethnie indigène, qui représente environ 9% de la population du pays, réclame les terres qui ont été confisquées à ses ancêtres. Dans ce contexte, des Mapuches sont parfois soupçonnés de violences et d'incendies, mais la police a récemment été accusée d'avoir falsifié des preuves contre eux.

    Sebastian Pinera veut réformer les services de renseignements de la police, et la loi antiterroriste qui est appliquée aux accusés mapuches dans la région, pour mettre fin à l'impunité, dit-il.

    Le président-milliardaire devra aussi faire voter une nouvelle loi migratoire pour remplacer la législation actuelle, vieille de plus de 40 ans. Le Chili fait face en effet à une immigration inédite, principalement venue du Venezuela et d'Haïti.

    Enfin, en réponse aux mouvements sociaux historiques de ces dernières années, Sebastian Piñera a promis de développer la gratuité dans l'enseignement technique, et de créer un fonds de pension public pour administrer les retraites des Chiliens, aujourd'hui très faibles et entièrement gérées par le secteur privé.
     

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.