GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 14 Décembre
Samedi 15 Décembre
Dimanche 16 Décembre
Lundi 17 Décembre
Aujourd'hui
Mercredi 19 Décembre
Jeudi 20 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Amériques

    Très populaire lors de son élection, le pape divise aujourd'hui les Argentins

    media Le pape François, 81 ans, qui a vécu presque toute sa vie en Argentine, est aujourd'hui de plus en plus critiqué dans son pays. Remo Casilli/Reuters

    Nul n'est prophète en son pays, pas même le pape François, de plus en plus critiqué en Argentine. Pourtant, lors de son élection il y a tout juste cinq ans, le 13 mars 2013, Jorge Bergoglio, alors archevêque de Buenos Aires, était très populaire chez lui, et pas seulement parmi les catholiques. Il faisait l'unanimité. Aujourd'hui, il divise. Reportage.

    Avec notre correspondant à Buenos Aires,  Jean-Louis Buchet

    Que reproche-t-on à François en Argentine ? De rouler pour l'opposition. C'est un pape péroniste, disent les partisans du président de centre droit Mauricio Macri. Non sans raison, comme le rappelle le théologien Gustavo Irazábal : « La pensée théologique et pastorale que représente Bergoglio est née en communion avec le péronisme. »

    Mais il y a plus. Le pape reçoit des dirigeants péronistes qui se réclament ensuite de lui quand ils manifestent contre le gouvernement. Et ses rencontres avec Macri sont froides alors qu'il accueille à bras ouverts l'ancienne présidente Cristina Kirchner.

    Pour Irazábal, c'est un choix. « Les différences de traitement entre Cristina Kirchner et Macri témoignent d'une idée reçue très ancrée dans la culture argentine, et selon laquelle seuls les péronistes peuvent gouverner pour les pauvres », estime-t-il.

    Autre sujet d'irritation : depuis 2013 François n'a pas remis les pieds en Argentine alors qu'il s'est rendu dans pratiquement tous les pays de la région.

    Ni macriste ni péroniste, Jorge Báez veut être patient. « Bien sûr que nous voulons qu'il vienne et nous l'attendons. Mais c'est au pape de décider quand il viendra en Argentine », dit-il.

    Le pape ne viendra pas, dit Gustavo Irazábal. « On voit bien qu'il pense que ce serait imprudent de venir en Argentine. »

    Et comme Macri vient d'autoriser que le Parlement débatte de la légalisation de l'avortement, les choses ne vont pas s'arranger avec François.

    (Re) lire : Pourquoi le pape François ne va pas en Argentine

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.