GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 12 Septembre
Vendredi 13 Septembre
Samedi 14 Septembre
Dimanche 15 Septembre
Aujourd'hui
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Assassinat d'une élue de gauche au Brésil: rassemblements dans plusieurs villes

    media A Saõ Paulo, des milliers de personnes se sont retouvées pour crier leur colère jeudi soir, après l'assassinat de la conseillère municipale de Rio de Janeiro, Marielle Franco, militante féministe noire et de gauche. REUTERS/Leonardo Benassatto

    Au Brésil, l'heure est à la consternation et au rassemblement, après l’assassinat d’une élue noire de 38 ans à Rio de Janeiro. Des rassemblements ont eu lieu dans plusieurs grandes villes dès jeudi 15 mars en soirée à Rio, à Brasilia et à São Paulo, la plus grande ville du pays, où plusieurs milliers de personnes se sont retrouvées devant le musée d’art.

    Avec notre correspondant à São Paulo,  Martin Bernard

    Marielle Franco était une gamine de la favela de Maré, un vaste quartier défavorisé dans le nord de Rio. Elle était ensuite devenue une féministe, militante de la cause noire. Puis elle fut élue conseillère municipale à Rio.

    Elle a été abattue par au moins neuf tirs d’armes à feu, alors qu’elle revenait d’une réunion sur le thème des « jeunes femmes noires qui font bouger les choses ». De nombreuses femmes s’identifiaient à son combat.

    « Récupérer la dignité de Marielle »

    Marcia Paz Landim est l’une d’entre elles. « C’est comme si nous mourrions petit à petit. Nous nous unissons pour tenter de récupérer la dignité de Marielle et rendre hommage à sa mémoire », confie-t-elle.

    « C’était une conseillère municipale qui luttait contre l’indifférence envers les pauvres, les Noirs, les femmes, qui luttait pour le féminisme et en faveur des homosexuels », ajoute Marcia Paz.

    Le gouvernement est prudent

    Marielle Franco condamnait également farouchement la violence policière exercée contre les Noirs dans les favelas. Son assassinat intervient sept ans après l'exécution d’une magistrate qui enquêtait sur les pratiques criminelles des milices à Rio.

    Mais le gouvernement fédéral brésilien affirme pour l’instant qu’il est trop tôt pour connaître l’origine de ce crime qualifié de « barbare ».

    → À relire : Le Brésil s’émeut de l’assassinat d’une conseillère municipale à Rio

    Rassemblement en mémoire de Marielle Franco. Rio de Janeiro, le 15 mars 2018. REUTERS/Ricardo Moraes

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.