GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 14 Décembre
Samedi 15 Décembre
Dimanche 16 Décembre
Lundi 17 Décembre
Aujourd'hui
Mercredi 19 Décembre
Jeudi 20 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    FARC: la Colombie lance les travaux de sa justice pour la paix

    media Le siège de la Juridiction pour la paix (JEP) à Bogota, jeudi 15 mars 2018. REUTERS/Carlos Julio Martinez

    La justice spéciale pour la paix a officiellement commencé ses travaux, jeudi 15 mars 2018 en Colombie. Cette juridiction d'exception a été créée par l'accord de paix négocié avec la guérilla des FARC, qui a déposé les armes en 2017. Ses magistrats devront juger des violations aux droits de l'homme et des crimes les plus graves commis pendant un demi-siècle de conflit armé.

    Avec notre correspondante à Bogota,  Marie-Eve Detoeuf

    Un beau bâtiment de 12 étages à Bogota, et des milliers de dossiers. C'est le patrimoine de cette Juridiction spéciale pour la paix qui a ouvert ses portes jeudi en Colombie. Un jour historique selon Patricia Linares, présidente de la « JEP ».

    « A partir d'aujourd'hui, explique-t-elle, cette juridiction spéciale pour la paix commence à travailler pour de bon. Elle va administrer avec rigueur notre modèle de justice restaurative, pour qu'il n'y ait pas impunité, et aussi pour que la réconciliation soit possible. »

    A différence de la justice pénale, qui punit, la justice restaurative met l'accent sur le dialogue entre bourreaux et victimes pour rétablir le lien social. Plus de 7 000 Colombiens ont d'ores et déjà fait acte de candidature pour être jugés par la JEP. Il s'agit d'ex-guérilleros, de militaires coupables de crimes atroces ou de civils accusés d'avoir financé les acteurs de la guerre.

    Tous pourront obtenir de très importantes réductions de peine s'ils acceptent de dire la vérité et de réparer leurs victimes.

    « Notre tâche, en tant que magistrats de la juridiction spéciale pour la paix, nous devons l'accomplir avec tous les citoyens et toutes les institutions du pays pour tourner la page de la violence et laisser un meilleur pays aux générations futures », explique Giovanni Alvarez, nommé en octobre dernier directeur de l'unité d'enquête et d'accusation de la JEP.

    Un objectif ambitieux.

    → À relire : Après les législatives, la Colombie se cherche désormais un président

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.