GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 8 Décembre
Dimanche 9 Décembre
Lundi 10 Décembre
Mardi 11 Décembre
Aujourd'hui
Jeudi 13 Décembre
Vendredi 14 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Le Mexique épinglé pour violations des droits de l’homme par l'ONU

    media Mexico, août 2017: marche en souvenir des 43 étudiants disparus d'Ayotzinapa. REUTERS/Edgard Garrido

    En 2014, 43 étudiants ont disparu à Ayotzinapa, au Mexique. Jeudi 15 mars, le Haut-commissariat des Nations unies aux droits de l'homme a accusé les autorités mexicaines d'être responsables d'actes de torture. Des actes commis par la police, selon le rapport intitulé «Double injustice», présenté à Genève.

    Selon la version officielle, en septembre 2014, des étudiants de l'école normale rurale d'Ayotzinapa, dans le sud du pays, qui s'étaient emparés de cinq autobus pour aller manifester à Mexico, avaient été attaqués par des officiers de la police municipale d'Iguala, sur ordre du maire. Toujours selon la version officielle, la police aurait livré les étudiants au cartel de drogue des Guerreros Unidos, qui les aurait tués puis incinérés dans une décharge avant de jeter leurs cendres dans une rivière. Un membre du cartel, el Rana, a d’ailleurs récemment été arrêté.

    Une version des faits contestée par de nombreuses organisations de défense des droits de l’homme et remis en cause par la Commission interaméricaine des droits de l'homme (CIDH) qui a publié en 2015 sa propre enquête sur la disparition des étudiants.

    La police et la justice épinglées

    L'enquête et les interrogatoires des témoins ont été émaillés de violations des droits de l'homme, pointe le rapport des Nations unies. « Un exemple que l’une des personnes détenues nous a raconté : pendant son transfert, la porte s’est ouverte et l’un des policiers lui a donné un violent coup dans l’estomac et a commencé à lui tenir des propos obscènes, explique à RFI Liz Throssel, porte-parole du Haut-commissariat des Nations unies aux droits de l’homme. De ce genre de comportement physique, de coups portés, de pressions exercées nous avons beaucoup de témoignages. Ce que nous amène à conclure qu’il y avait un système qui laissait faire, qui tolérait et même couvrait ces actes de tortures dans les premières phases de l’enquête sur les 43 étudiants disparus d’Ayotzinapa».

    Les autorités judiciaires mexicaines sont particulièrement visées par le rapport des Nations unies. « Pour nous, il est très important de souligner que les preuves obtenues sous la torture ne sont jamais fiables. C’est pour cela que le rapport recommande les preuves rapporté dans le cadre de l’enquête ne soient pas retenues ou déclaré nul et sans effet », poursuit Liz Throssel.

    Dans ses recommandations, le Haut-Commissariat demande au pouvoir judiciaire de rejeter les preuves obtenues de la sorte. Il réclame également d'enquêter sur ces violations des droits de l'homme et d'identifier les responsables - et leurs supérieurs hiérarchiques - pour les traduire en justice.

    Le rapport est à lire ici : México: investigación del caso Ayotzinapa afectada por torturas y encubrimiento, señala informe de Naciones Unidas

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.