GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
Aujourd'hui
Vendredi 23 Août
Samedi 24 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Donald Trump reçoit son allié le prince héritier saoudien

    media Mohammed ben Salman, prince héritier d'Arabie saoudite, est reçu par le président américain Donald Trump ce mardi 20 mars 2018. Reuters

    Le président américain Donald Trump reçoit mardi 20 mars le prince héritier saoudien Mohammed ben Salman, l'occasion pour lui  d'expliquer les changements qu'il a introduits dans le royaume sunnite. Mais aussi et surtout de dénoncer le grand rival iranien. Partant de là, dix mois après leur dernier face-à-face à Riyad, le locataire de la Maison Blanche, 71 ans, et le nouvel homme fort du premier exportateur mondial de pétrole, 32 ans, devraient afficher leur bonne entente dans le Bureau ovale sur les questions régionales.

    Les dirigeants saoudiens ont été les premiers à saluer l'arrivée au pouvoir de Donald Trump, contents de s'être débarrassés de Barack Obama, accusé d'avoir été trop complaisant avec l'Iran. Accusé surtout d'avoir signé l'accord sur le dossier nucléaire iranien, en 2015.

    Cet accord qui encadre toutes les activités nucléaires et empêche Téhéran, par le biais d'inspection notamment, de se doter de l'arme nucléaire.

    Depuis, les Saoudiens ne dorment plus, ils ont accéléré leur demande d'achat, à Washington entres autres, de centrales nucléaires. On parle de construire pas moins de 16 réacteurs dans les 20 prochaines années, pour un coût d'environ 80 milliards d'euros, selon les analystes.

    Le  prince saoudien a également lancé un  avertissement : si l'Iran développe une bombe nucléaire, l'Arabie saoudite suivra la même voie « le plus vite possible ». Washington et Riyad sont donc d'accord. Il faut s'opposer à tout prix à Téhéran, accusé de tous les maux au Proche et au Moyen-Orient.

    Donald Trump, qui menace régulièrement de déchirer l'accord sur le nucléaire iranien, avait eu ces mots, il y a seulement quelques jours. « Où que l'on aille au Moyen-Orient, c'est l'Iran, l'Iran, l'Iran. Chaque problème n'a qu'un nom, l'Iran. »

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.