GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 14 Juillet
Dimanche 15 Juillet
Lundi 16 Juillet
Mardi 17 Juillet
Aujourd'hui
Jeudi 19 Juillet
Vendredi 20 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Données personnelles: les élus américains demandent des explications à Facebook

    media Le «j'aime» de Facebook devant le drapeau américain (image d'illustration). REUTERS/Dado Ruvic/Illustration

    La tempête qui s'abat depuis samedi 17 mars sur Facebook ne faiblit pas. Trois jours après les révélations du New York Times et du The Observer sur l'utilisation indue des données personnelles de 50 millions d'utilisateurs américains par Cambridge Analytica - une société liée à la campagne de Donald Trump - les critiques fusent de part et d'autre de l'Atlantique. Des élus américains exigent que les responsables du réseau social s’expliquent devant le Congrès.

    Depuis que l'affaire a éclaté samedi 17 février, les patrons de Facebook font les morts : ni le PDG Mark Zuckerberg, ni sa directrice des opérations Sheryl Sandberg n'ont prononcé le moindre mot. À l'onde de choc qui ébranle le monde entier après le détournement de données personnelles d’utilisateurs de Facebook à des fins politiques, s'ajoute désormais la colère. Mark Zuckerberg doit s’expliquer devant la représentation nationale, réclame la classe politique américaine. Et le président de la commission judiciaire du Sénat est prié d’organiser cette audition.

    « Le manque de surveillance concernant la collecte des données personnelles et la vente des clips électoraux a suscité des doutes sur l'intégrité des élections, écrivent deux sénateurs - une démocrate et un républicain - dans une lettre ouverte. Il est urgent d'apporter des changements à l'approche des élections de mi-mandat. »

    C'est aussi l’avis d’Alex Stamos, responsable de la sécurité chez Facebook. Il avait plaidé pour plus de transparence du réseau social concernant l'ingérence russe et avait préconisé une réorganisation du système en vue des scrutins de novembre prochain. Ces recommandations n'ont pourtant pas été suivies par sa hiérarchie. Alex Stamos a annoncé qu’il quitterait l’entreprise dans les prochains mois.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.