GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 14 Janvier
Mardi 15 Janvier
Mercredi 16 Janvier
Jeudi 17 Janvier
Aujourd'hui
Samedi 19 Janvier
Dimanche 20 Janvier
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    A la Une: Démission surprise du président péruvien Pedro Pablo Kuczynski

    media Le président péruvien Pedro Pablo Kuczynski a annoncé sa démission avec son cabinet depuis le palais présidentiel à Lima, le 21 mars 2018. REUTERS/Mariana Bazo

    « PPK renonce à son mandat sans faire son autocritique », titre le journal péruvien Diario Correio. La chaîne Telesur parle d’une crise politique dans le pays. « Pedro Pablo Kuczynski est sorti par la porte arrière », écrit pour sa part le journal colombien El Tiempo. La goutte qui a fait déborder le vase, c’est la publication d’une vidéo montrant une tentative d’achat du vote d’un député pour qu’il se prononce contre la destitution du président. Une vidéo qui a convaincu les élus encore hésitants de finalement rallier le camp des anti-PPK. Afin d’éviter de se faire humilier devant le Parlement, le président a donc décidé de jeter l’éponge, estime El Tiempo.

    La démission de PPK a été célébrée au Venezuela

    C’est à lire dans le journal Peru 21. Lors d’un meeting du chef du parti socialiste Diosdado Cabello, des feux d’artifices ont été lancés. « PPK on se verra à Lima », a déclaré Diosdado Cabello, en faisant allusion à la polémique sur la participation du président vénézuélien Nicolas Maduro que PPK ne souhaitait pas inviter au sommet des Amériques prévu le mois prochain au Pérou. La présidente de l’Assemblée constituante vénézuélienne Delcy Rodriguez s’est également réjouie de la démission de PPK, connu pour ses critiques du président Maduro : « Ce personnage néfaste restera dans les poubelles de l’histoire », a-t-elle tweeté.

    Le président péruvien première victime du scandale Odebrecht

    C’est le sujet de l’éditorial du Miami Herald. L’ironie de l’histoire, écrit le journal, c’est que le Pérou a été beaucoup moins touché par cette vaste affaire de corruption que d’autres pays d’Amérique latine comme le Brésil, le Venezuela ou encore la République dominicaine. Mais ce sont les justices brésilienne et péruvienne qui ont le plus enquêté sur les pots-de vins distribués par l’entreprise de BTP aux dirigeants latino-américains.

    La presse péruvienne, elle, se montre choquée par les scandales, à savoir la corruption à grande échelle et la tentative d’achat de vote. « Indignation totale », titre La Republica. Et pour El Comercio, c’est malheureusement une histoire sans héros.

    Lui était un héros pour beaucoup de Brésiliens. L’ancien président Lula voit son destin entre les mains de deux tribunaux. Lundi 26 mars 2018, le tribunal de deuxième instance de Porto Alegre se prononcera sur le recours déposé par Lula qui a été condamné à 12 mois de prison ferme. Mais ce jeudi 22 mars 2018, la Cour suprême doit décider si l’ancien président peut rester libre jusqu’à épuisement de tous les recours. Selon Carta Capital, il y a de fortes chances que la majorité des juges se prononce en faveur de la prison pour Lula. Un avis que le site Brasil 247 ne partage pas. « Lula peut gagner », écrit-il. D’après Folha de Sao Paulo, quel que soit le résultat, la décision pourrait créer un précédent avec des conséquences pour d’autres personnes accusées de corruption dans la cadre de l’enquête Lava Jato.

    De quoi les jeunes Américains ont-ils le plus peur?

    Réponse : des armes à feu ! C’est le résultat d’une enquête publiée par USA Today. Ce que la « génération Colombine » craint le plus, ce sont les fusillades à l’école et des violences liées aux armes à feu. Un jeune Américain sur trois souhaite d’ailleurs participer « directement ou via les réseaux sociaux » à la grande manifestation pour un meilleur contrôle des armes prévue samedi prochain à Washington.

     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.