GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 16 Septembre
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
Aujourd'hui
Samedi 21 Septembre
Dimanche 22 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Irak: une attaque fait 12 morts dans la ville sainte chiite de Kerbala (sécurité)
    • Yémen: les rebelles annoncent vouloir arrêter toutes les attaques contre l'Arabie (dirigeant insurgé)
    • Affaire Karachi: le parquet demande un procès pour Balladur et Léotard (source judiciaire)
    • Respect de la vie privée: Facebook suspend des dizaines de milliers d'applications
    • Commerce: Trump ne pense pas aboutir à un accord avec Pékin avant l'élection de 2020
    Amériques

    Bloqué à l'ambassade à Londres, Julian Assange désormais privé d'internet

    media Le créateur australien de WikiLeaks Julian Assange, au balcon de l'ambassade équatorienne à Londres, le 19 mai 2017. REUTERS/Peter Nicholls

    Bloqué à l'ambassade équatorienne de Londres depuis 2012, Julian Assange se retrouve désormais coupé de ses moyens de communication. La décision a été annoncée le 28 mars par le gouvernement équatorien qui s’énerve de plus de plus des coups de canifs permanents du fondateur de Wikileaks à ses conditions d’asile. L’Equateur a récemment tenté de le faire sortir en lui donnant la nationalité équatorienne et la possibilité d’un statut consulaire lui permettant de bénéficier de l’immunité diplomatique. Londres a refusé et les tentatives de médiation évoquées par le gouvernement équatorien n’ont rien donné non plus.

    Avec notre correspondant à Quito, Eric Samson

    Depuis son élection, le président équatorien Lenin Moreno ne fait pas mystère de son agacement vis à vis de l’imbroglio diplomatique dans lequel le place le cas Julian Assange, qui réside dans l’ambassade équatorienne à Londres depuis 2012.

    Fin 2017, le fondateur de Wikileaks avait signé un accord dans lequel il s'engageait à n’émettre aucun message pouvant supposer une ingérence dans les affaires d’autres Etats. Selon Quito, Julian Assange n’a pas respecté cet accord en critiquant la récente expulsion de diplomates russes par Londres.

    Bientôt entre les mains de la justice ?

    Le gouvernement équatorien a donc indiqué avoir suspendu tous les systèmes qui permettent à Julian Assange de communiquer avec l’extérieur. La semaine prochaine, le ministère des Affaires étrangères a prévu de se réunir à Londres avec Assange et ses avocats pour évoquer de nouvelles mesures.

    Quito estime en effet que les messages du fondateur de Wikileaks compromettent les relations de l’Equateur avec le Royaume-Uni et le reste des Etats Européens.

    Récemment, le secrétaire d’Etat britannique pour l’Europe et les Amériques Alan Duncan avait estimé que la décision d’Assange de se rendre à la justice britannique n’était plus qu’une « question de temps ». Beaucoup à Quito se demandent si le durcissement de ses conditions de vie n’incitera pas Julian Assange à franchir le pas.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.