GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 16 Octobre
Jeudi 17 Octobre
Vendredi 18 Octobre
Samedi 19 Octobre
Aujourd'hui
Lundi 21 Octobre
Mardi 22 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent
    Mondial de rugby: le XV de France éliminé en quart de finale par le Pays de Galles (20-19)
    Dernières infos
    • Syrie: un soldat turc a été tué dans une attaque des forces kurdes (ministère de la Défense)
    • Chili: trois morts dans les troubles à Santiago
    • Transport aérien: le plus long vol direct de l'histoire organisé par Qantas, parti de New York, a atterri à Sydney
    Amériques

    Présidentielle au Mexique: Lopez Obrador en favori, le PRI dans la tourmente

    media Andrés Manuel López Obrador est considéré comme le favori de l'élection présidentielle mexicaine. REUTERS/Henry Romero

    La campagne pour l'élection présidentielle du 1er juillet au Mexique s'est ouverte ce vendredi 30 mars. En tête des sondages, le vétéran de gauche Andrès Manuel Lopez Obrador semble le mieux placé pour succéder au président Enrique Peña Nieto, dont la popularité est en berne.

    « AMLO », comme il est surnommé, participe pour la troisième fois à la présidentielle. En 2006, il avait fait figure de favori durant la majeure partie de la campagne avant finalement de perdre face au conservateur Felipe Calderón du Parti action nationale (Pan).

    Cet homme de gauche au tempérament parfois fougueux semble le mieux placé pour succéder au président Enrique Peña Nieto. En plus d’être un personnage « bien enraciné dans la vie politique mexicaine », pointe Hélène Combes, chercheuse à Sciences Po Paris, Lopez Obrador arpente le pays depuis des années à la rencontre de ses électeurs.

    « Depuis 2006, Lopez Obrador a sillonné le Mexique, allant vraiment parfois dans des municipalités extrêmement reculées, dans des régions montagneuses où jamais aucun homme politique n’était allé, précise cette spécialiste du Mexique. Et ça, c’est très marquant pour les électeurs mexicains. » Hélène Combes pense que c’est là « une des clefs de son possible succès. »

    Décrit par ses détracteurs comme un populiste de gauche, le candidat du Morena (Mouvement de régénération nationale) cherche activement à se démarquer de cette étiquette. « En 2006, il avait fait l’objet d’une campagne de discrédit très importante dans les médias ; on l’accusait d’être le Chavez mexicain. Lopez Obrador a essayé de se démarquer de cette image. Il a fait des alliances avec des secteurs assez variés dans la société, notamment avec des entrepreneurs, et il a aussi fait un choix assez original : il a déjà publié la composition de son gouvernement s’il est élu. »

    Scandales de corruption et mauvais bilan pour le PRI

    En face, Lopez Obrador affronte Ricardo Anaya, 38 ans, qui se présente, lui, au nom d'une nouvelle coalition de partis de droite et gauche, Por Mexico al Frente (Pour le Mexique Devant). En troisième position dans les sondages, figure l'ancien ministre des Finances, José Antonio Meade, candidat sous la bannière du Parti révolutionnaire institutionnel (PRI, au pouvoir). Ce dernier n’est toutefois pas membre du parti, pour éviter d’être associé aux affaires de corruption qui touchent le PRI.

    Car comme le souligne encore Hélène Combes, le parti, « créé à la fin des années 20 et resté au pouvoir pendant 70 ans jusqu’en 2000 » puis revenu à la tête du pays en 2012 avec l’élection de Peña Nieto, est dans la tourmente. « Le PRI est touché par de nombreux scandales de corruption. Par exemple, quatre gouverneurs du parti sont en prison et trois sont actuellement en fuite. Donc un personnel politique particulièrement touché par les scandales de corruption. »

    Et cela vient s’ajouter le bilan du président sortant, dont la popularité a plongé à la fois en raison des affaires, mais aussi de la situation sécuritaire. « La situation du Mexique s’est encore détériorée pendant le mandat de Enrique Peña Nieto, surtout sur la question de la violence. Aujourd’hui, le Mexique est un des pays les plus violents au monde. Pendant son mandat, il y aurait eu plus de 120 000 morts dans ce qu’on appelle la guerre contre le narco, avec la question des gangs, de l’armée, des cartels. »

    Selon le sénateur du Pan, Ernesto Ruffo, il s'agira pour beaucoup d'électeurs le 1er juillet de voter soit contre la corruption du parti au pouvoir, soit contre Lopez Obrador.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.