GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 15 Décembre
Dimanche 16 Décembre
Lundi 17 Décembre
Mardi 18 Décembre
Aujourd'hui
Jeudi 20 Décembre
Vendredi 21 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Affaire Cambridge Analytica: Zuckerberg plaide la bonne foi du groupe Facebook

    media Mark Zuckerberg, PDG de Facebook, à San José en avril 2017 (illustration). REUTERS/Stephen Lam/File Photo

    Après le scandale Cambridge Analytica, le PDG de Facebook Mark Zuckerberg essaye d'éteindre l'incendie dans les médias. Lundi 2 avril 2018, le fondateur du réseau social a donné une longue interview au site d'information américain Vox. Mark Zuckerberg demande du temps et même plusieurs années pour résoudre les problèmes de Facebook.

    Avec notre correspondante en Californie,  Eric de Salve

    Pour un Facebook vraiment protecteur de la vie privée, il faudra patienter... quelques années. « J'aimerais résoudre tout cela en trois ou six mois, mais en réalité, cela va prendre plus de temps, avoue Mark Zuckerberg dans une interview de 40 minutes au site d'information américain Vox. Nous allons nous sortir de ces problèmes, mais cela prendra quelques années. »

    Après le scandale de l'appropriation des données privées de 50 millions d'utilisateurs de Facebook par la société Cambridge Analytica, prestataire de la campagne de Donald Trump aux Etats-Unis, et des anti-Brexit au Royaume-Uni, Marc Zuckerberg, multimilliardaire de 33 ans n'en finit plus de présenter des excuses dans les médias. Facebook a péché par idéalisme, dit-il.

    Les « mauvais côtés de certains usages » des outils de Facebook

    Au fil des années, le groupe n'aurait visé qu'à rapprocher les gens entre eux, sans mesurer les dangers de son modèle. « Nous n'avons pas passé assez de temps à investir et à réfléchir aux mauvais côtés de certains usages de nos outils », concède le fondateur du réseau social, qui revendique actuellement 2 milliards d'abonnés et qui, lui-même, a longtemps nié ces problèmes.

    Marc Zuckerberg, qui a lancé Facebook en 2004 avec d'autres étudiants d'Harvard, a également répondu aux critiques de Tim Cook. Pour le PDG d'Apple, le problème de ce réseau social est en effet d'avoir un modèle économique fondé sur la monétisation des données de ses utilisateurs. « Un modèle fondé sur la publicité est le seul modèle rationnel », lui répond Marc Zuckerberg.

    → À relire : L’affaire Facebook

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.