GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 20 Mai
Mardi 21 Mai
Mercredi 22 Mai
Jeudi 23 Mai
Aujourd'hui
Samedi 25 Mai
Dimanche 26 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Alpinisme: trois nouveaux morts sur l'Everest, sept au total pour la saison (organisateurs d'expéditions)
    Amériques

    Brésil: Lula est arrivé à la prison de Curitiba

    media L'ancien président brésilien au syndicat des métallurgistes, à Sao Bernardo do Campo, le 7 avril 2018. REUTERS/Leonardo Benassatto

    L'ex-président brésilien Luis Inacio Lula Da Silva, visé par un mandat de dépôt dans le cadre de sa condamnation à douze ans de prison, a annoncé ce samedi midi qu'il accepterait d'être écroué. « Je ne suis pas au-dessus des lois », a-t-il dit à ses partisans, réunis au siège du syndicat des métallurgistes, près de Sao Paulo, le berceau de sa carrière politique. Il s'est rendu à la police en fin de journée puis est arrivé dans la soirée à la prison de Curitiba.

    Avant d'admettre qu'il était temps de se rendre aux autorités, l'ex-président avait assisté à une messe en plein air organisée en hommage à son épouse décédée l’an dernier, rapporte notre correspondant à Sao Paulo, Martin Bernard. Lula a ensuite prononcé un discours improvisé pendant près d’une heure, un discours de tribun dans lequel il s'est dit « indigné ». Il affirme avoir été lynché par l’opinion publique, il répète qu’il n’y pas de preuve contre lui, et que la justice et le ministère public ont cédé à la pression des médias. Plusieurs journaux se réjouissent, dit-il, de voir la photo de Lula en prison.

    « Je l’ai dit clairement avant au sujet du procès de l’appartement :  je suis la seule personne au monde à être condamné pour un appartement qui ne lui appartient pas. La police fédérale du « Lava Jato » quand elle a fait son investigation a menti en affirmant qu’il était à moi. Le Parquet lors de son accusation a aussi menti en réitérant qu’il était à moi. Et moi, j’ai pensé que le juge Moro allait éclaircir le problème, mais non, il a aussi menti en disant que l’appartement était à moi et m’a condamné à 9 ans de prison. C’est pour ça que je suis un citoyen indigné. Pendant mes 72 ans de vie, j’ai déjà fait beaucoup des choses, mais pas ça, je ne leur pardonne pas de m’avoir publiquement présenté dans la société comme un voleur. »

    Un discours de combat, donc, mais Lula veut également préparer l’avenir. Il a lancé plusieurs slogans, comme « la mort d’un combattant n’arrête pas la révolution », en promettant de sortir la tête haute.

    Lula a également indiqué que plus on l'attaquait, plus ses liens avec le peuple brésilien grandissaient. Quelques heures plus tôt, le Tribunal suprême brésilien avait rejeté une nouvelle requête déposée par ses avocats qui demandaient la suspension du mandat de dépôt. L'ex-président, au pouvoir de 2003 à 2011, a été condamné à douze ans de prison pour corruption. Un juge fédéral lui avait donné jusqu'à 20h00 GMT vendredi pour se présenter de lui-même à la police et se constituer prisonnier afin de commencer à purger sa peine.


    ■ «Même en prison, toute ma famille votera pour lui»

    L'ancien président vient d'être incarcéré à Curitiba, dans le sud du Brésil, mais partout dans le pays, ses partisans ne désarment pas. Ils comptent sur lui pour la prochaine élection présidentielle.

    Avec notre correspondant à RioFrançois Cardona

    Ils se sont rassemblés pour exiger la libération de Lula et l'annulation de sa condamnation. Des militants du Parti des Travailleurs, et des mouvements de défense des droits de l'homme convaincus que Lula est innocent. Comme Antonia, 38 ans : « Personne n'a de preuves qui montrent que Lula a volé de l'argent ! Lula, c'est le caillou qui gêne tous les politiciens corrompus. Tout cela c'est pour qu'il ne gagne pas l'élection. »

    Lula comptait se présenter à l'élection présidentielle d'octobre prochain. C'était le candidat favori des sondages malgré les affaires de corruption en série. Edilson, concierge dans un immeuble, continue de croire en l'icône de la gauche brésilienne : « C'est quelqu'un qui s'est enfin préoccupé des pauvres, de ceux dans le besoin. Et si je dis cela, c'est parce qu'aujourd'hui mon fils est diplômé de l'université, grâce aux programmes sociaux mis en place par Lula. Alors, même en prison, toute ma famille votera pour lui ! »

    Malgré son incarcération, Lula a annoncé son intention de continuer à faire campagne. La justice électorale décidera en septembre prochain si sa candidature est valide.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.