GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 13 Octobre
Lundi 14 Octobre
Mardi 15 Octobre
Mercredi 16 Octobre
Aujourd'hui
Vendredi 18 Octobre
Samedi 19 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Attaque chimique présumée en Syrie: Trump menace le régime de Bachar el-Assad

    media Le président américain Donald Trump a dit vouloir faire payer «le prix fort» à Bachar el-Assad, qu'il tient responsable de cette présumée attaque chimique. MANDEL NGAN / AFP

    Le régime syrien a-t-il mené, samedi 7 avril, une attaque chimique contre des civils à Douma, dernier bastion sous contrôle rebelle dans la région de la Ghouta orientale ? C’est ce qu’affirment plusieurs ONG, qui parlent d’une trentaine de morts dont des enfants, suscitant des réactions indignées à travers le monde. Le président américain Donald Trump a lui aussi réagi ce dimanche matin. Sur Twitter, il a menacé le régime de Bachar el-Assad, mais a aussi évoqué la responsabilité du président russe Vladimir Poutine, ce qui est très rare.

    Avec notre correspondant à New York,  Grégoire Pourtier

    Comme l’an passé à la même époque, Donald Trump a été frappé de plein fouet par des images d’horreur du conflit syrien. Ce dimanche, il a donc employé des mots forts pour dénoncer ces atrocités et l’isolement de la population syrienne, réclamant qu’une aide médicale puisse être immédiatement acheminée.

    Et le président de prévenir, « il y aura un prix fort à payer ». Il y a un an, il avait ordonné le pilonnage d’une base aérienne soupçonnée d’être « associée au programme chimique syrien ».

    Qu’envisage-t-il cette fois, alors que pas plus tard que cette semaine, il martelait plutôt qu’il souhaitait retirer ses quelque 2 000 hommes de Syrie, au grand dam de certains de ses conseillers du Département d’Etat ?

    Le drame de ce week-end semble une fois de plus rebattre les cartes. D’autant qu’il y a autre chose de très nouveau dans les messages dominicaux de Trump. Non pas les accusations contre la faiblesse de Barack Obama, son prédécesseur, ou contre le rôle de l’Iran voisin, mais bien cette phrase pour dénoncer la « responsabilité » de Vladimir Poutine, qui soutient « Assad l’animal ». Une attaque frontale, nominale, qui pourrait marquer un tournant dans la relation entre les présidents américain et russe.

    Jusqu’à présent, Trump justifiait souvent son attitude complaisante envers son homologue en expliquant qu’il fallait garder une bonne relation afin de régler des problèmes complexes tels que la Syrie.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.