GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 19 Mai
Lundi 20 Mai
Mardi 21 Mai
Mercredi 22 Mai
Aujourd'hui
Vendredi 24 Mai
Samedi 25 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • ND de Paris: rebâtir la charpente en bois est «probablement la bonne solution», estime un des architectes en charge de sa restauration
    • Télécommunications: Huawei ment sur sa collaboration avec le gouvernement chinois, affirme Mike Pompeo
    • Présidentielle au Malawi: le chef de l'Etat sortant Peter Mutharika en tête (résultats officiels partiels)
    • La justice européenne rejette le pourvoi de Mme Le Pen qui contestait le remboursement de 300 000 euros au Parlement européen
    • Le gouvernement britannique repousse le vote des députés sur son nouveau projet de loi sur le Brexit prévu début juin
    • Mondiaux d'athlétisme au Qatar : Nasser Al-Khelaïfi, patron du PSG, mis en examen pour « corruption active » (source judiciaire)
    • Décès de la Britannique Judith Kerr, auteure du célèbre «Tigre qui s'invita pour le thé», à l'âge de 95 ans (maison d'édition)
    • Contraint de se passer d'Android, Huawei prépare son propre système d'exploitation pour la fin de l'année (CNBC)
    • États-Unis: une tornade fait trois morts à Golden City dans le Missouri (autorités)
    • Huawei: «protestation solennelle» de Pékin auprès de Washington (ministère)
    • France: la loi Pacte prévoyant la privatisation d'Aéroports de Paris (ADP) a été promulguée (Journal officiel)
    • Commerce international: la Chine déclare attendre de la «sincérité» des États-Unis avant de reprendre les négociations
    Amériques

    Cuba: Raul Castro, un départ et des questions pour la population

    media A 86 ans, Raul Castro va céder la présidence cubaine après deux mandats de 5 ans. REUTERS/Carlos Garcia Rawlins

    Ce mercredi 18 avril, les 605 nouveaux députés cubains, élus lors des dernières élections législatives, vont tenir leur première séance plénière. Une séance, une fois n'est pas coutume, qui se tiendra dans le Palais des conventions de Miramar, un quartier éloigné du centre-ville de La Havane. Ces nouveaux députés vont choisir les 31 membres du Conseil d'Etat et choisiront ensuite l'un de ses représentants comme nouveau président du Conseil des ministres et du Conseil d'Etat. Un poste qui était entre les mains de la famille Castro depuis des dizaines d'années. C'est donc un changement historique qui se profile. Un changement qui divise et qui soulève des inquiétudes au sein de la population cubaine.

    Raul Castro avait annoncé qu'il démissionnerait de la présidence lors de cette session de l'Assemblée. Cela fait plusieurs mois que la date du 19 avril a été choisie pour révéler le nom de son successeur : c'est le 57e anniversaire de la victoire de la Baie des Cochons, une bataille contre les forces anticastristes soutenues par les Etats-Unis en 1961.

    Un symbole qui veut montrer la résistance face à ce que le régime cubain appelle l'impérialisme américain, malgré le début de normalisation entamée avec Barack Obama, des espoirs douchés par Donald Trump.

    Une page de l'histoire de l'île va se tourner

    Les travaux de la nouvelle Assemblée nationale cubaine se déroulent à huis clos. Après les élections législatives en mars, les députés de la nouvelle Assemblée doivent d'abord élire leurs cadres, puis les 31 membres du Conseil d'Etat et son président qui succèdera à Raul Castro.

    C'est une page de l'histoire de Cuba qui va se tourner cette semaine avec le départ de Raul Castro de la présidence après deux mandats de cinq ans, rapporte notre envoyé spécial à La Havane, Romain Lemaresquier. Pour la vieille génération qui a toujours soutenu la révolution, même si cela marque la fin des Castro, cela ne signifie pas pour autant qu'il y aura un changement, comme l'explique Jorge Guerrero : « Nous maintenons notre ligne politique, notre idéologie politique. Nous travaillons avec les jeunes pour qu'ils suivent les pas de nous les anciens ». Mais pour certains comme Mitchel, père de quatre enfants et qui vient de fêter ses 37 ans, ce changement aurait dû s'opérer d'une autre manière : « Le parti communiste cubain va décider, suite à un processus sélectif auquel a pris part une partie des Cubains, le futur président de Cuba ».

    « A Cuba on a peur de parler »

    Eduardo Longuera, vendeur de journaux dans les rues de La Havane, pense également qu'une élection directe aurait été plus judicieuse. Mais malgré ce processus électif indirect, il est heureux qu'une page se tourne. « Selon moi, c'est un changement qu'il fallait vraiment faire parce que ça fait déjà des années qu'on parlait du successeur, maintenant c'est au tour des jeunes ».

    Ce processus de désignation est très opaque pour une majorité de Cubains. Certains préfèrent ne pas parler craignant comme il n'y a encore pas si longtemps des mesures répressives comme l'explique cet anonyme : « Je suis en train de parler avec toi, mais demain ils peuvent me prendre ma famille, m'emprisonner. C'est pour ça qu'ici à Cuba on a peur de parler. »

    Le régime cubain va-t-il vraiment changer avec la nomination d'un nouveau président et la fin des Castro à la tête de l'Etat ? C'est la question que tout le monde se pose même si pour la plupart des personnes interrogées, on préfère ne pas s'attendre à grand-chose.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.