GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 20 Mai
Lundi 21 Mai
Mardi 22 Mai
Mercredi 23 Mai
Aujourd'hui
Vendredi 25 Mai
Samedi 26 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Amériques

    L'Equateur ne veut plus des pourparlers Etat colombien-guérilla ELN

    media Le représentant du gouvernement colombien Juan Camilo Restrepo (g), le ministre équatorien des Affaires étrangères (c) et Pablo Beltran le négociateur de l'ELN (d), à Sangolqui, en Équateur, le 7 février 2017. RODRIGO BUENDIA / AFP

    Depuis février 2017, Quito, la capitale de l'Equateur, accueillait les pourparlers de paix entre le gouvernement colombien et la dernière guérilla de ce pays, l'ELN. C'est terminé depuis mercredi 18 avril : le président équatorien a annoncé que son pays n'accueillerait plus ces négociations.

    C'était pourtant bien parti ! Il y a un an, lorsque les négociations débutent à Quito, des représentants de l'ELN et du gouvernement colombien posent côte à côte sur les photos. Une première trêve est annoncée : « Nous sommes en train de trouver une voie commune », déclare même le chef de la délégation de l'ELN.

    Mais la situation se dégrade vite. En janvier dernier, l'ELN reprend ses attaques. La réponse colombienne est immédiate et le président Juan Manuel Santos suspend les négociations. La recrudescence de violence touche aussi la région frontalière entre et la Colombie et l'Equateur. Cette fois-ci, ce n'est pas l'ELN, mais des dissidents des FARC qui sont à l'origine de ces attaques.

    Résultat : beaucoup de personnes, en Colombie comme en Equateur, réclamaient l'arrêt de ces négociations. C'est aujourd'hui chose faite. S'ils continuent, les pourparlers se feront à l'avenir dans un des cinq autres pays garants de ce processus, à savoir le Brésil, le Chili, Cuba, le Venezuela ou la Norvège.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.