GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 23 Mai
Jeudi 24 Mai
Vendredi 25 Mai
Samedi 26 Mai
Aujourd'hui
Lundi 28 Mai
Mardi 29 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Chili: les étudiants manifestent pour la gratuité de l'éducation

    media Des étudiants chiliens manifestent pour la gratuité de l'éducation à Santiago, le 19 avril. Martin BERNETTI / AFP

    Plusieurs dizaines de milliers de personnes ont manifesté à travers tout le Chili, jeudi 19 avril, pour demander une nouvelle fois la gratuité universelle de l'éducation dans le pays, et protester contre la décision du Tribunal constitutionnel, le mois dernier, de retoquer une mesure qui aurait empêché les universités de faire du profit. Cette première manifestation étudiante de l'année au Chili était aussi la première mobilisation sociale importante depuis l'entrée en fonction début mars du président de droite Sebastián Piñera.

    Avec notre correspondante à SantiagoJustine Fontaine

    Sept ans après leur mobilisation historique de l'année 2011, les étudiants chiliens continuent de manifester avec les mêmes slogans : éducation gratuite dans des universités à but non lucratif.

    « Le gouvernement précédent a commencé à réformer l'éducation, principalement pour que, dans l'enseignement supérieur, il soit interdit de chercher à faire du profit. Et j'ai été abasourdi de voir que le Tribunal constitutionnel a effacé cela en l'espace de deux semaines. C'est à cause de ça que je suis venu manifester », explique Juan Duran, étudiant en 5e année d'anthropologie.

    En 2011, le milliardaire de droite Sebastián Piñera en était à son premier mandat présidentiel, et affirmait que l'éducation était un bien de consommation comme un autre. Aujourd'hui, de retour au pouvoir, il a promis de maintenir la gratuité partielle de l'enseignement décidée par sa prédécesseur Michelle Bachelet, et qu'elle bénéficie à un plus grand nombre d'étudiants des filières techniques.

    Mais Carlos Ladra, étudiant en 5e année de psychologie, n'est pas convaincu. « Pour moi c'est un pansement sur une jambe de bois, ça ne règle pas les problèmes concernant l'éducation ici. Et moi par exemple, je paye 4,2 millions de pesos par an, environ 8 000 dollars. »

    C'est plus que le salaire minimum annuel, et les tarifs sont à peu près les mêmes dans les universités publiques chiliennes.

    Selon les autorités, la manifestation a réuni 30 000 personnes. Les organisateurs parlent de 120 000 participants. Un étudiant était jeudi soir dans un état grave après avoir été renversé par une voiture de police.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.