GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 16 Octobre
Mercredi 17 Octobre
Jeudi 18 Octobre
Vendredi 19 Octobre
Aujourd'hui
Dimanche 21 Octobre
Lundi 22 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Législatives: le président afghan Ashraf Ghani invite la population à «sortir et voter»
    • Syrie: le groupe EI libère six des 27 otages de Soueida (OSDH)
    Amériques

    Equateur: une marche pour la paix dans un pays troublé par les assassinats

    media Des Equatoriens défilent à Quito lors d'une marche contre la violence, le 19 avril 2018. Cristina Vega Rhor / AFP

    Plusieurs milliers de personnes ont défilé jeudi 19 avril dans les rues de Quito pour réclamer la paix dans un pays convulsionné depuis fin janvier par une série d'attentats et d'assassinats. Depuis la mort de quatre soldats et des trois membres de l'équipe de journalistes du quotidien El Comercio, un jeune couple a été enlevé par un groupe dissident des FARC et toute la frontière nord du pays est militarisée.

    Avec notre correspondant à QuitoEric Samson

    « Non au terrorisme, oui au journalisme », était l'un des cris de ralliement des manifestants, beaucoup vêtus de blanc en l'honneur des victimes.

    Dans la foule, Marco Arrauz, directeur adjoint du Comercio, se félicite de cette réaction citoyenne. « Les journalistes et la société en général ont décidé de faire face, de refuser la peur et de se battre pour un pays de paix. »

    N'ayant pas connu jusqu'à présent de situation à la Colombienne ou à la Mexicaine, deux pays où les assassinats de journalistes sont fréquents et l'impunité presque générale, de nombreux jeunes journalistes, comme Daniel Costa, se demandent de quoi l'avenir sera fait.

    « Les gens ont peur, surtout les plus jeunes. Pour les journalistes, c'est une situation complètement nouvelle mais il faut continuer à couvrir. Notre vocation est mise à l'épreuve. »

    Carla Sandoval travaillait avec le reporter Javier Ortega, le photographe Paul Rivas et leur chauffeur Efrain Segarra. Comme ses collègues de la rédaction, elle est encore en état de choc.

    « Quand on parlait de ces risques en classe, cela restait très théorique. On pensait que cela arrivait dans des pays comme la Syrie mais pas ici. Maintenant que nous le vivons, c'est comme un cauchemar dont on ne sait pas comment il va terminer. »

    Par ailleurs, la journée de jeudi a été marquée par trois alertes à la bombe à Quito. Sur la côte du Pacifique, la police a capturé 1,8 tonne de drogue à Mompiche lors d'une opération durant laquelle une personne a été tuée et un policier amputé d'une main.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.