GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 18 Octobre
Vendredi 19 Octobre
Samedi 20 Octobre
Dimanche 21 Octobre
Aujourd'hui
Mardi 23 Octobre
Mercredi 24 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Amériques

    La droite sud-américaine lance l'offensive contre l'Unasur

    media De gauche à droite notamment: les présidents Mauricio Macri d'Argentine, Martín Vizcarra du Pérou et Sebastián Piñera du Chili, lors du Sommet des Amériques de Lima, le 14 avril 2018. CRIS BOURONCLE / AFP

    Créée il y a 10 ans, notamment sous l'impulsion du président vénézuélien Hugo Chavez, l'Union des Nations du Sud (Unasur) est aujourd'hui sur la sellette. Six pays d'Amérique du Sud viennent de décider qu'ils la quittaient pour un temps indéfini. Une décision qui reflète la perte d'influence des pays bolivaristes dans la région. L'Unasur va donc devoir fonctionner pour un temps sans le financement de la moitié de ses membres.

    Avec notre correspondant à Quito,  Eric Samson

    Qu'elle semble lointaine, l'époque où les pays bolivaristes dominaient la scène politique en Amérique du Sud. C'était déjà devenu évident les 13 et 14 avril derniers à Lima, lors du dernier Sommet des Amériques.

    Les régimes adeptes du socialisme du XXIe siècle sont sur la défensive. C'est encore le cas aujourd'hui avec la décision de six pays d'Amérique du Sud de se retirer indéfiniment de l'Unasur, un organisme pensé comme un contrepoids aux Etats-Unis et à l'Organisation des Etats américains (OEA).

    Le Brésil, l'Argentine, le Chili, le Paraguay, le Pérou et la Colombie estiment que l'Unasur est en situation de paralysie. Ils en veulent pour preuve l'impossibilité, faute de consensus, d'élire un nouveau président malgré la présence de sept candidats.

    Ces pays demandent la réactivation d'un organisme que ne défend plus que l'Equateur, la Bolivie ou le président vénézuélien Nicolas Maduro, qui a demandé aux leaders de droite au pouvoir en Amérique du Sud de faire preuve d'un petit peu de conscience sud-américaine.

    → À relire : Au Sommet des Amériques, un accord pour la lutte contre la corruption

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.