GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 15 Octobre
Mardi 16 Octobre
Mercredi 17 Octobre
Jeudi 18 Octobre
Aujourd'hui
Samedi 20 Octobre
Dimanche 21 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Début de la campagne pour l'élection présidentielle au Venezuela

    media Le président vénézuelien Nicolas Maduro s'adresse à la presse avant de décoller pour Cuba, le 20 avril 2018. REUTERS/Carlos Garcia Rawlin

    La campagne présidentielle débute au Venezuela ce dimanche 22 avril, et elle durera jusqu'au 17 mai prochain. Le scrutin présidentiel se tiendra le 20 mai. La campagne ne soulève pas, pour le moment, un grand enthousiasme. Face au chef de l’Etat Nicolas Maduro : Henri Falcon, ancienne figure du chavisme, ex-chef de campagne d’Henrique Capriles, et trois candidats inconnus du grand public.

    Avec notre correspondant à CaracasJulien Gonzalez

    Nicolas Maduro est apparu tout sourire ce vendredi, juste avant de décoller pour La Havane. Le chef de l'Etat, qui brigue un nouveau mandat de six ans, l'a assuré : « le peuple votera en masse lors de la présidentielle » et il espère bien qu'il votera pour lui le 20 mai afin d'assurer « une nouvelle victoire de la révolution ».

    Un président confiant alors que la communauté internationale ne faiblit pas dans ses critiques contre le scrutin. Lors du sommet des Amériques la semaine dernière, 16 pays ont averti que « sans garanties électorales, la présidentielle du 20 mai serait illégitime ».

    Si Henri Falcon, un dissident du chavisme, fait figure de principal adversaire au président, la coalition d'opposition, elle, reste bien décidée à ne pas participer à cette élection qu'elle juge être « une fraude ». Elle considère en effet que « les conditions pour un scrutin libre, démocratique et transparent ne sont pas réunies ».

    Accumulant les soutiens internationaux lors de déplacements à l'étranger, l'opposition est cependant inaudible dans le pays. Ce samedi, elle avait par exemple organisé des « assemblées citoyennes » pour protester contre le scrutin. Mais ces rassemblements ont été très peu suivis, notamment à Caracas.

    Un exemple qui traduit l'indifférence qui règne pour le moment parmi les Vénézuéliens. Selon un récent sondage de l'institut Datanalisis, seuls 41% des Vénézuéliens se montrent « très disposés » à aller voter le 20 mai. Près de deux fois plus s'étaient déplacés lors de la présidentielle de 2013.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.