GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 15 Octobre
Mardi 16 Octobre
Mercredi 17 Octobre
Jeudi 18 Octobre
Aujourd'hui
Samedi 20 Octobre
Dimanche 21 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Nicaragua: D. Ortega renonce à sa réforme après des manifestations meurtrières

    media «Ortega dehors» demandent les Nicaragayens le 20 avril 2018. Le chef de l'Etat renonce finalement à sa réforme controversée. Pas sûr que cela suffise à calmer la révolte populaire. REUTERS/Juan Carlos Ulate

    Après cinq jours de manifestations anti-gouvernementales qui ont fait de nombreuses victimes, le président du Nicaragua, Daniel Ortega, a annoncé dimanche 22 avril le retrait de sa réforme de la sécurité sociale qui prévoyait, pour la renflouer, une augmentation des contributions sociales des salariés et des employeurs.

    Avec notre correspondant régional,  Patrick-John Buffe

    En renonçant à cette réforme controversée des retraites, Daniel Ortega a finalement cédé à la pression de la rue. Il cherche ainsi à désamorcer une crise sociale sans précédent à laquelle il a répondu par une répression sanglante qui aurait fait vingt-cinq morts, dont un journaliste tué par balle.

    Ce dimanche encore, avant même l'annonce du chef de l'Etat, les routes de plusieurs villes du pays étaient toujours bloquées par des pierres et des pneus brûlés. Et à Managua, des centaines de personnes avaient mis à sac des supermarchés et des magasins de la capitale.

    Ces troubles sont les plus graves auxquels ait été confronté le chef de l'Etat depuis son arrivée au pouvoir, il y a onze ans. Et il s'agit là d'un sérieux avertissement car ce n'est pas seulement cette réforme des retraites que les Nicaraguayens remettent en question, mais aussi la politique de Daniel Ortega.

    En effet, ne pouvant plus compter sur l'aide économique apportée par le Venezuela, le gouvernement a dû augmenter les tarifs de l'électricité et de l'essence et réduire les aides sociales. Des mesures impopulaires qui touchent de plein fouet les habitants du Nicaragua, où plus du tiers de la population vit dans la pauvreté.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.