GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 12 Octobre
Samedi 13 Octobre
Dimanche 14 Octobre
Lundi 15 Octobre
Aujourd'hui
Mercredi 17 Octobre
Jeudi 18 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Nicaragua: le recul d'Ortega sur les retraites suffira-t-il à apaiser la colère?

    media Un Nicaraguayen demande «la fin du pillage» (du pays par le gouvernement) lors d'une mobilisation contre la réforme des retraites du président Ortega, le 22 avril. REUTERS/Jorge Cabrera

    Le président nicaraguayen Daniel Ortega a annoncé dimanche 22 avril son recul sur la réforme controversée des retraites. Depuis la semaine dernière, d'importantes manifestations ont éclaté dans les principales villes du pays. Une contestation violemment réprimée : au moins 25 personnes ont été tuées en cinq jours selon le Centre nicaraguayen des droits de l'homme (Cenidh). Mais le retour en arrière du pouvoir sur le dossier de la réforme des retraites ne semble pas pour autant inciter les manifestants à quitter les rues.

    Des voitures incendiées, des affrontements entre manifestants et policiers, un journaliste tué par balles. Ces manifestations sont les plus graves depuis l'arrivée au pouvoir d'Ortega il y a onze ans.

    Pour le sociologue Oscar René Vargas, il y a aujourd'hui trop de mécontentements au Nicaragua pour que cette contestation prenne fin. « Je ne crois pas que ça va s’arrêter car le problème du président Ortega, c'est que cette réforme de la sécurité sociale est une goutte d'eau qui a fait déborder le vase. Au fur et à mesure que les protestations avancent, les revendications de la population sont de plus en plus nombreuses. Les gens sont fatigués. »

    Les gens sont fatigués par la corruption, les hausses du prix de l'électricité et du carburant, la réduction des aides sociales. Résultat : la réforme des retraites n'est pas passée dans ce pays où quatre habitants sur dix vivent avec moins de deux euros par jours. Face aux manifestations, l'armée a ouvert le feu.

    « Le gouvernement parie sur une nouvelle répression pour utiliser l’armée, analyse le sociologue Oscar René Vargas. Ortega parie sur ça. Je pense que les arrestations et le nombre de morts vont augmenter. Selon moi, la moindre étincelle pourra mettre le feu aux poudres et les protestations vont se généraliser. »

    « La situation est maintenant hors de contrôle »

    Malgré l'annulation de cette réforme, un appel à la grève générale a été lancé ainsi qu'une marche pour la paix. Le Cenidh ne cache pas son inquiétude. « La répression est généralisée », souligne Vilma Nuñez, la président et fondatrice de la structure.

    « En tant qu'organisation des droits de l’homme, nous sommes débordés par les plaintes qui arrivent de tout le pays. Nous pensons que le président a été complètement irresponsable, en se refusant à donner une réponse adéquate aux manifestants, pour mettre un terme à cette répression. »

    Vilma Nuñez craint désormais une véritable perte de contrôle de la situation. « Ce sont des demandes légitimes, mais le gouvernement essaie de les discréditer. Cette répression est une politique qui émane directement de la vice-présidente de la République. Et apparemment, la situation est maintenant hors de contrôle. De son côté le gouvernement se contente seulement d'accuser une supposée "droite criminelle". Donc la situation est vraiment grave. »

    La situation est vraiment grave
    Vilma Nuñez, présidente Cenidh 23/04/2018 Écouter

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.