GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 14 Juillet
Lundi 15 Juillet
Mardi 16 Juillet
Mercredi 17 Juillet
Aujourd'hui
Vendredi 19 Juillet
Samedi 20 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Juin 2019, mois de juin le plus chaud sur Terre depuis 140 ans (National Oceanic and Atmospheric Administration)
    • «Renvoyez-la!»: Trump dit désapprouver les slogans scandés à son meeting
    • Iran: Rohani appelle Macron à «intensifier» les efforts pour sauver l'accord nucléaire
    • Washington demande à l'Arabie saoudite de libérer le blogueur Raef Badaoui (Pence)
    • Les États-Unis vont pousser pour la liberté religieuse en Corée du Nord (Pence)
    • Sanctions américaines contre des dirigeants de milices liées à l'Iran en Irak (Mike Pence)
    • Tour de France 2019: Simon Yates s'impose dans la 12e étape, Julian Alaphilippe conserve le maillot jaune
    • Maroc: trois hommes condamnés à la peine de mort pour l'assassinat de deux Scandinaves
    Amériques

    Bolivie: mort de l'ancien dictateur Luis Garcia Meza

    media Luis Garcia Meza lors de son extradition du Brésil où il s'était réfugié, en mars 1995. Jose Paulo LATERDA / AG. ESTADO/AFP

    L'ancien dictateur bolivien Luis García Meza, 88 ans, qui purgeait une peine de 30 ans de prison pour des crimes commis après son coup d'Etat militaire en 1980, est décédé dimanche 29 avril dans un hôpital militaire de La Paz. Proche des milieux narcos, il s'était illustré en recrutant l'ancien nazi Klaus Barbie pour mettre sur pied un groupe paramilitaire destiné à liquider les opposants.

    Arrivé au pouvoir à la faveur d'un coup d'Etat en juillet 1980, Luis Garcia Meza sera à son tour déposé par un autre putsch en août de l'année suivante. Mais pendant ses treize mois à la tête de l'Etat bolivien, il a conduit le pays d'une main de fer au point d'être condamné en avril 1993 à 30 ans de prison, avec l'ancien ministre de l'Intérieur Luis Arce Gómez. Luis Garcia Meza s'était enfui de Bolivie au Brésil avant d'y être capturé en mars 1995, puis extradé en Bolivie.

    Il est considéré avec Hugo Banzer (au pouvoir de 1871 à 1978 et de 1997 à 2001) comme l'un des chefs d'Etat les plus sanguinaires de Bolivie. Viscéralement anti-communiste, il a été mis en cause dans un procès par contumace lancé en 2015 par la justice italienne contre une trentaine d'ex-militaires et civils latino-américains pour la mort de 43 opposants d'origine italienne. Un procès mettant en cause les dictateurs latino-américains coopérant dans le cadre du plan Condor, une « internationale de la répression ».

    à (re)lire: Plan Condor : la justice italienne émet 140 mandats d'arrêt

    Parmi les crimes reprochés à Garcia Mez, le « massacre de la rue Harrington », en 15 janvier 1981. Vingt-deux dirigeants du Mouvement de la Gauche Révolutionnaire (MIR) avaient été tués par des paramilitaires. Autre fait d'armes, l'assassinat du dirigeant socialiste Marcelo Quiroga Santa Cruz. Luis Garcia Meza avait également recruté l'ancien nazi Klaus Barbie [arrêté en Bolivie en janvier 1983 après le retour à un régime civil et extradé en France, NDLR] pour mettre sur pied un groupe paramilitaire, surnommé « les fiancés de la mort ».

    Ecoutez le témoignage de Ruth Llanos, de l'association ASOFAMD de victimes de la dictature militaire en Bolivie 30/04/2018 - par Marc Garcia-Herrera Écouter

    L'association bolivienne des prisonniers et proches de disparus de la dictature (Asofamd), contactée par la rédaction Amérique latine de RFI, regrette «que le peuple bolivien soit privé de la vérité que Garcia Meza a emportée dans la tombe. Parce que nous ne savons pas où sont les (corps des) disparus, ni combien ils sont...».

    Ruth Llanos, représentante de l'association, s'indigne que l'ancien dictateur ait été protégé par l'armée jusqu'à sa mort et qu'il ait été entouré de médecins jusqu'à la fin. Des soins dont n'avaient pas bénéficié ses victimes. L'association des victimes exige que la Commission de la Vérité, créée en août 2017 pour faire la lumière sur les crimes des dictatures militaires des années 70 et 80, assigne en justice les autres responsables de ces massacres et disparitions. « Nous avons des noms » ajoute-t-elle. Et les victimes et leurs familles doivent être indemnisées.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.