GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
Jeudi 22 Août
Aujourd'hui
Samedi 24 Août
Dimanche 25 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Amériques

    Plus de 150 migrants rêvant d’Amérique, à la frontière Mexique-Etats-Unis

    media La caravane des migrants à son arrivée à Tijuana, le dimanche 29 avril 2018. REUTERS/Edgard Garrido

    Au moins 150 migrants centraméricains, qui font partie d'une caravane qui avait déclenché l'ire du président américain Donald Trump, sont arrivés dimanche 29 avril à Tijuana au Mexique, à la frontière avec Etats-Unis, décidés à demander l'asile à Washington. « Nous espérons que le gouvernement des Etats-Unis nous ouvrira les portes », a déclaré Reyna Isabel Rodríguez, 52 ans, venue du Salvador avec ses deux petits-enfants.

    La caravane, baptisée Viacrucis Migrante, partie fin mars de la ville mexicaine de Tapachula (sud), a débuté avec plus de 1 000 personnes qui se sont ensuite dispersées, certaines préférant rester au Mexique, d'autres choisissant de voyager par leurs propres moyens.

    L'initiative de cette caravane a été lancée en 2010 afin de sensibiliser l'opinion publique à la dramatique traversée du Mexique par les migrants centraméricains. «Nous voulons dire au président des Etats-Unis que nous ne sommes pas des criminels, nous ne sommes pas des terroristes, qu'il nous donne la chance de vivre sans peur. Je sais que Dieu va toucher son cœur», a déclaré l'une des organisatrices de la caravane, Irineo Mujica.

    à(re)lire: Au Mexique, le commerce lucratif des enlèvements de migrants

    Trump fait appel à la Garde nationale

    A la mi-avril, les images de la caravane de migrants se dirigeant vers les Etats-Unis avaient suscité la colère de Donald Trump et une forte tension entre Washington et Mexico. Donald Trump, dont l'un des principaux thèmes de campagne était la construction d'un mur à la frontière avec le Mexique pour lutter contre l'immigration clandestine, avait ordonné le déploiement sur la frontière de troupes de la Garde nationale.

    Il avait aussi soumis la conclusion d'un nouvel accord de libre-échange en Amérique du Nord à un renforcement des contrôles migratoires par le Mexique, une condition rejetée par le président mexicain Enrique Peña Nieto.

    (Avec afp)

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.