GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 11 Septembre
Jeudi 12 Septembre
Vendredi 13 Septembre
Samedi 14 Septembre
Aujourd'hui
Lundi 16 Septembre
Mardi 17 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Amériques

    Le «scandale Facebook» pousse la société Cambridge Analytica à la faillite

    media Le bâtiment abritant le siège de Cambridge Analytica dans le centre de Londres. REUTERS/Hannah McKay

    La société Cambridge Analytica, accusée d'avoir siphonné les données privées de 87 millions d'utilisateurs de Facebook pour influencer les élections au profit des conservateurs américains et britanniques, se déclare en faillite. Ce mercredi, elle a annoncé dans un communiqué « la cessation immédiate de toutes ses activités ».

    Avec notre correspondance en Californie, Eric de Salve

    « Cambridge Analytica était le bébé de Steve Banon », selon Christopher Wylie, ancien directeur de recherche de la sulfureuse société. Celui par qui le scandale mondial est arrivé en mars dernier. Celui qui a alerté le New York Times et le Guardian sur le détournement des données privées de millions d'abonnés Facebook.

    Selon cet analyste de 28 ans aux cheveux rouges, l'ancien proche conseiller d'extrême droite de Donald Trump avait en effet cofondé la branche américaine de Cambridge Analytica.

    En 2016, la société britannique était prestataire de sa campagne. Elle est aujourd'hui accusée d'avoir siphonné les données privées de 87 millions d'utilisateurs Facebook pour élaborer un logiciel capable d'influencer le vote en faveur de Trump mais aussi des partisans du Brexit en Grande-Bretagne. Le nom de Cambridge Analytica est désormais associé au pire scandale qu'ait jamais connu Facebook. 

    Le nom de Cambridge Analytica est désormais associé au pire scandale qu'ait jamais connu Facebook. 

    Les caméras cachées de la télévision britannique lui avaient porté l'estocade en montrant son ancien PDG se disant prêt à piéger des hommes politiques rivaux de ses clients avec des prostitués pour les compromettre. La société avait déjà perdu la quasi-totalité de ses marchés et ce mercredi, elle n'a eu d'autre choix que de se déclarer en faillite immédiate.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.