GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 14 Décembre
Samedi 15 Décembre
Dimanche 16 Décembre
Lundi 17 Décembre
Aujourd'hui
Mercredi 19 Décembre
Jeudi 20 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Amériques

    Nucléaire iranien: Donald Trump annonce le retrait des Etats-Unis de l'accord

    media Donald Trump dans la «Diplomatic room» de la Maison Blanche le 8 mai 2018. REUTERS/Jonathan Ernst

    Le président américain Donald Trump a annoncé ce mardi 8 mai le retrait des Etats-Unis de l'accord sur le nucléaire iranien, qu'il a qualifié de « désastreux », et le rétablissement des sanctions contre Téhéran.

    Quinze mois après son arrivée au pouvoir, le 45e président des Etats-Unis a décidé, comme il l'avait promis pendant la campagne, de sortir de cet accord emblématique conclu en 2015 par son prédécesseur démocrate Barack Obama après 21 mois de négociations acharnées.

    « J'annonce aujourd'hui que les Etats-Unis vont se retirer de l'accord nucléaire iranien », a-t-il déclaré dans une allocution télévisée depuis la Maison Blanche, annonçant le rétablissement des sanctions contre la République islamique qui avaient été levées en contrepartie de l'engagement pris par l'Iran de ne pas se doter de l'arme nucléaire.

    Le locataire de la Maison Blanche n'a donné aucune précision sur la nature des sanctions qui seraient rétablies et à quelle échéance mais il a mis en garde : « tout pays qui aidera l'Iran dans sa quête d'armes nucléaires pourrait aussi être fortement sanctionné par les Etats-Unis ». Dénonçant avec force cet accord « désastreux », il a assuré avoir la « preuve » que le régime iranien avait menti sur ses activités nucléaires.

    Les sanctions américaines seront effectives immédiatement pour les nouveaux contrats a affirmé le conseiller à la sécurité nationale John Bolton qui a toutefois précisé que les entreprises étrangères auraient quelques mois pour sortir d'Iran. Il a également jugé possible que de nouvelles sanctions soient imposées.

    Dans un communiqué et un document publiés sur son site Internet, le Trésor précise que les Etats-Unis vont rétablir une large palette de sanctions concernant l'Iran à l'issue de périodes transitoires de 90 et 180 jours, qui viseront notamment le secteur pétrolier iranien ainsi que les transactions en dollar avec la Banque centrale du pays.

    Netanyahu satisfait de cette  «décision courageuse»

    L'annonce du président américain a été saluée par l'Arabie saoudite mais aussi et surtout par le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahu.

    A peine Donald Trump avait-il fini sa déclaration que Benyamin Netanyahu était à son tour face aux caméras. Le Premier ministre israélien avait concerté sa réponse avec Washington et ses premiers mots ont été pour saluer l'annonce du président américain. « Israël soutient pleinement la décision courageuse du président Trump de rejeter l'accord nucléaire désastreux avec le régime terroriste de Téhéran. »

    Benyamin Netanyahu a rappelé son opposition « dès le début » à cet accord. Pour lui, il « pave le chemin de l'Iran vers un arsenal entier de bombes nucléaires ». Et en moins de trois ans d'application, il s'est déjà révélé contre-productif, assure-t-il.

    « L'accord n'a pas éloigné la perspective d'une guerre, il l'a au contraire renforcée. Depuis cet accord, nous avons vu les agressions de l'Iran croître chaque jour : en Irak, au Liban, au Yémen, à Gaza, et surtout en Syrie où l'Iran essaye d'établir des bases militaires pour attaquer Israël. »

    Benyamin Netanyahu a également dénoncé la volonté de l'Iran de développer de nouveaux missiles. Et pour lui, Israël ne sera pas le seul à gagner de ce revirement des Etats-Unis. « Si vous ne changez rien à tout ça, tous ces éléments combinés constituent une recette pour un désastre. Un désastre pour le Moyen-Orient. Un désastre pour la paix dans le monde. »

    L'UE et la Russie au diapason contre la décision de Washington

    La France, le Royaume-Uni et l'Allemagne ont en revanche regretté la décision américaine et planchent déjà sur la possibilité d'élaborer un nouvel accord. « Nous travaillerons collectivement à un cadre plus large, couvrant l'activité nucléaire, la période après 2025, les missiles balistiques et la stabilité au Moyen-Orient, en particulier en Syrie, au Yémen et en Irak », a affirmé sur Twitter Emmanuel Macron. « Le régime international de lutte contre la prolifération nucléaire est en jeu », a-t-il ajouté. Emmanuel Macron l'a martelé il y a deux semaines devant le congrès américain : le multilatéralisme doit être la réponse à l'isolationnisme.

    Dans un communiqué commun, Londres, Paris et Berlin ont par ailleurs appelé toutes les parties signataires de l'accord sur le nucléaire iranien à « continuer à souscrire à sa pleine mise en œuvre » et à agir dans « un esprit de responsabilité ». « Nos gouvernements restent déterminés à assurer sa mise en oeuvre car la sécurité du monde en a été renforcée » écrivent la France, l'Allemagne et la Grande-Bretagne pour qui « l'Iran se conforme à ses obligations ».

    La chef de la diplomatie européenne, Federica Mogherini a, par ailleurs, affirmé que l'Union européenne était déterminée à préserver l'accord nucléaire iranien.

    Par la voix de son ministère des Affaires étrangères, la Russie a fait savoir qu'elle était profondément déçue par la décision de Donald Trump. Une position partagée par la Turquie qui dit craindre « de l'instabilité et de nouveaux conflits » au Moyen-Orient.

    Pour Rohani, les Etats-Unis ont «montré qu'ils ne respectaient jamais leurs engagements»

    Le président iranien Hassan Rohani s'est lui aussi exprimé après l'annonce de Donald Trump. Il a déclaré vouloir discuter rapidement avec les Européens, les Chinois et les Russes pour voir si ces derniers peuvent garantir les intérêts de l'Iran après le retrait des États-Unis de l'accord sur le nucléaire iranien. Accusant le président américain de pratiquer « une guerre psychologique », Rohani a affirmé dans une allocution à la télévision d'État iranienne : « Les États-Unis ont toujours montré qu'ils ne respectaient jamais leurs engagements ». Il a également prévenu que Téhéran pourrait recommencer à enrichir davantage l'uranium.

    J'ai ordonné au ministère des Affaires étrangères de mener pendant les quelques semaines à venir avec les pays européens et la Chine et la Russie des négociations.
    Le président Hassan Rohani réagit à l'annonce de Trump 08/05/2018 - par RFI Écouter

    « J'ai ordonné à l'Organisation iranienne de l'énergie atomique de prendre les mesures nécessaires [...] pour qu'en cas de nécessité nous reprenions l'enrichissement industriel sans limite », a déclaré le président Rohani à la télévision iranienne. « Nous attendrons quelques semaines avant d'appliquer cette décision », en fonction du résultat des discussions entre Téhéran et les autres partenaires de l'accord, a-t-il ajouté.

    Retrait des Etats-Unis de l'accord sur le nucléaire iranien: réécoutez notre édition spéciale 08/05/2018 - par RFI Écouter

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.