GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 9 Novembre
Dimanche 10 Novembre
Lundi 11 Novembre
Mardi 12 Novembre
Aujourd'hui
Jeudi 14 Novembre
Vendredi 15 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Amériques

    Les habitants de Caracas s’inquiètent de la soudaine gratuité du métro

    media La station Nuevo Circo sur la ligne 4 du métro de Caracas, au Venezuela. Wikimedia Commons/CC BY-SA 2.5/Haridas Mederos Ocando

    Depuis quelques jours, le métro de Caracas est gratuit. Les tourniquets restent ouverts aux usagers, qui sont plus de deux millions par jour à utiliser le métro de cette entreprise publique. La raison officielle de cette décision n'a pas été donnée mais le manque de matières premières pour imprimer les tickets de métro est une des possibilités pointées du doigt.

    Avec notre correspondant à CaracasJulien Gonzalez

    Station Altamira, à l'est de Caracas. Serveur dans un quartier commerçant de la capitale, Alejandro prend le métro tous les jours. Malgré l'hyperinflation dans le pays, cet aller-retour économisé par jour est, pour lui, loin d'être un bon signal.

    « Il n'y a pas de matières premières pour imprimer les tickets de métro. C'est de la folie ! Et sans parler du manque de maintenance, des escaliers mécaniques qui ne fonctionnent pas, de la climatisation qui ne marche pas... C'est terrible ! Maintenant que c'est gratuit, c'est encore pire : chaque jour, le métro se détériore de plus en plus, il y a de plus en plus de monde, et il va arriver un moment où on va se retrouver sans métro et où Caracas sera totalement paralysée. »

    Un avis que partage en partie Matute. Il estime notamment que le prix du ticket de métro est beaucoup trop bas par rapport à la prestation de transport.

    « Ça coute plus cher de faire imprimer un ticket que ce que cela rapporte. A 4 bolivars, cela ne permet pas de faire la maintenance du métro ou de payer les employés alors que par comparaison, le bus coûte 3 000 bolivars pour les moins chers... et cela peut aller jusqu'à 5 000 bolivars ! Moi, je suis prêt à payer 2 000 ou 2 500 bolivars pour monter dans le métro et je crois que la majorité des usagers seraient d'accord avec moi. Parce que les gens savent que cela permettrait d'améliorer la qualité du service ! »

    La dernière hausse du ticket de métro date de décembre 2014. Et pour l'heure, il n'y a aucune confirmation officielle d'une nouvelle augmentation à venir.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.