GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 15 Septembre
Lundi 16 Septembre
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
Aujourd'hui
Vendredi 20 Septembre
Samedi 21 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Accident de Fukushima: trois anciens dirigeants de Tepco acquittés par le tribunal
    • Polynésie: saisie de 5,5 kilos de méthamphétamine à l'aéroport de Tahiti (parquet de Papeete)
    • Afghanistan: dix morts lors d'un attentat à la voiture piégée dans le Sud (gouverneur)
    Amériques

    Nicaragua: après des semaines de contestation et 49 morts, Ortega lâche du lest

    media Des manifestants bloquent une rue pendant le mouvement de colère contre la président nicaraguayen Daniel Ortega, à Managua, le 11 mai 2018. REUTERS/Oswaldo Rivas

    Est-ce le début d'une sortie de crise au Nicaragua ? Le président Daniel Ortega a en tout cas accepté ce vendredi 11 mai les conditions préalables à un dialogue national, conditions posées par la Conférence épiscopale du Nicaragua. Après trois semaines de manifestations qui ont été violemment réprimées par son gouvernement, le chef de l'Etat semble finalement obligé de lâcher du lest.

    Daniel Ortega se dit prêt à mettre fin à la répression des manifestations et à permettre à la Commission interaméricaine des droits de l'homme (CIDH) d'entrer au Nicaragua. Ses experts doivent enquêter sur les circonstances de la mort de 49 personnes tuées durant la vague de contestation.

    Si le président semble finalement céder aux exigences des évêques qui font office de médiateurs, c'est parce que les tensions dans le pays ne cessent de croître. Les étudiants, à la pointe du mouvement de protestation, manifestent quotidiennement. Ils sont soutenus par une société scandalisée par la violence des forces de l’ordre à leur égard.

    Les barrages bloquent les principales routes dans tout le pays. En signe de solidarité, les chauffeurs de taxi ont cessé leur travail et les paysans appellent à une grève nationale.

    Mais Daniel Ortega subit aussi la pression de la communauté internationale qui condamne unanimement la répression des manifestations pacifiques.

    Deux sénateurs américains, Marco Rubio et Bob Menendez, ont exhorté cette semaine l'administration Trump à imposer des sanctions contre le gouvernement du Nicaragua coupable, selon eux, de graves violations des droits de l'homme.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.