GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 19 Juin
Mercredi 20 Juin
Jeudi 21 Juin
Vendredi 22 Juin
Aujourd'hui
Dimanche 24 Juin
Lundi 25 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    A la Une: derniers préparatifs au Venezuela avant la présidentielle du 20 mai

    media Le pasteur Javier Bertucci, candidat à la prochaine l'élection présidentielle en campagne à Caracas, le 13 mai 2018. ©REUTERS/Adriana Loureiro

    C’est ce lundi que doit s’achever le processus entamé, il y a trois semaines qui consiste à vérifier les machines sur lesquels les Vénézuéliens sont appelés à voter annonce ce lundi Ultimas Noticias. Le CNE, le Conseil National Électoral, ainsi que des représentants des candidats seront présents pour certifier le bon fonctionnement de ces machines. Ce lundi également le CNE va distribuer tout le matériel électoral. Enfin à compter de ce lundi et ce jusqu’à vendredi, les personnes souhaitant participer au dépouillement peuvent s’enregistrer auprès du CNE toujours selon Ultimas Noticias. Un CNE qui fait l’objet de nombreuses critiques selon Diario 2001, eu égard à l’historique des scrutins réalisés dans ce pays, précise le quotidien.

    Au Nicaragua les citoyens maintiennent la pression

    Ce dimanche, de nouvelles manifestations se sont déroulées dans les rues de Masaya, une localité située à 20 kilomètres de la capitale Managua. Des milliers de personnes se sont déplacées dans cette ville suite à la mort de six personnes victimes de la répression policière selon le quotidien La Prensa. Samedi déjà détaille Hoy, une marche s’était déroulée dans cette même localité. Marche qui s’est achevée avec pour bilan un mort et des dizaines de blessés. Les manifestants continuent de réclamer justice pour les victimes de la répression des autorités. Tous les secteurs de la société étaient représentés, certains n’hésitant pas à demander purement et simplement le départ de Daniel Ortega, précise Hoy.

    Ce lundi par ailleurs, la conférence épiscopale nicaraguayenne attend une réponse du président, Daniel Ortega à l’ultimatum lancé vendredi dernier. L’Eglise catholique nicaraguayenne a donné 72 heures à Daniel Ortega pour qu’il mette en place un dialogue national qui puisse mettre fin à la crise sociale qui agite le pays depuis 26 jours, précise La Prensa. L’Église a également émis des conditions pour que ce dialogue soit mis en place. Il faut que la Commission interaméricaine des droits de l’homme en fasse partie. L’Église réclame aux autorités qu’elles mettent fin à la répression des manifestations pacifiques. Et L’Etat doit par ailleurs cesser de faire appel aux forces paramilitaires qui intimident et agressent les citoyens. Le but de ce dialogue national réclamé par la Conférence épiscopale nicaraguayenne est de trouver les conditions qui permettent de mettre fin à la présidence de Daniel Ortega, selon La Prensa.

    Des évêques chiliens convoqués ce lundi au Vatican.

    Une série de réunions inédites et historiques selon le quotidien La Tercera est prévue à compter de ce lundi au Vatican. L’Église chilienne est empêtrée dans des scandales sexuels. Le but de ce déplacement est de lancer un signal de changement selon l’évêque Luis Infanti qui s’est confié au quotidien. Les évêques concernés ont été invités à se rendre au Vatican. Il ne s’agit pas d’un ordre. Ils ont payé eux-mêmes leur billet d’avion et il en sera de même pour leur logement. Lors des entretiens et des réunions prévues, l’Église catholique va tenter de déterminer les responsabilités de chacun face à ce que le Vatican qualifie de « blessures dévastatrices ». Une opération souhaitée par le pape François pour tenter de restaurer l’image de l’Église au Chili.

    Le Chili renonce au Dakar 2019

    La ministre chilienne des Sports a confié hier lors d’un déplacement que son pays ne sera pas au menu de l’épreuve lors de l’édition 2019 pour des raisons budgétaires. Selon El Mercurio, Pauline Kantos a tout même laissé entendre que le Paris-Dakar pourrait revenir au Chili en 2020.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.