GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 22 Mai
Mercredi 23 Mai
Jeudi 24 Mai
Vendredi 25 Mai
Aujourd'hui
Dimanche 27 Mai
Lundi 28 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Amériques

    Etats-Unis: Donald Trump traite les migrants d'«animaux» et provoque un tollé

    media Le président Donald Trump, lors de sa rencontre avec des élus californiens, le 16 mai 2018 à la Maison Blanche. REUTERS/Kevin Lamarque

    Une nouvelle phrase de Donald Trump fait polémique dans son pays. Lors d’une réunion diffusée en direct à la télévision, le 45e président des Etats-Unis a qualifié les immigrants illégaux d'« animaux ».

    Avec notre correspondant à San Francisco,  Eric de Salve

    « Ce ne sont pas des hommes, ce sont des animaux. » Donald Trump parle en ces termes des clandestins renvoyés de l’autre côté de la frontière mexicaine par les Etats-Unis. « Nous les expulsons à un rythme jamais vu auparavant », se félicite même le président américain.

    Ces propos relayés en direct à la télévision ont immédiatement suscité la polémique dans les médias et sur les réseaux sociaux. Donald Trump avait invité à la Maison Blanche une vingtaine de sympathisants, élus locaux californiens farouchement opposés à la loi « sanctuaire ».

    Par cette loi, la Californie s’est déclarée en septembre dernier « Etat sanctuaire » pour immigrés illégaux, en limitant au maximum toute collaboration avec la police fédérale anti immigration.

    En raison de ces lois laxistes, les clandestins vont et viennent dans le pays, tempête Donald Trump. « Nous avons les lois les plus stupides du monde en matière d’immigration, mais nous allons nous en occuper », promet le président, qui accuse une fois de plus la loi californienne de servir de refuge aux délinquants « les plus vicieux de la Terre comme les membres du gang MS13 ».

    Sur Twitter, le gouverneur de Californie lui a répondu. « Donald Trump ment sur l’immigration, il ment sur la criminalité », écrit Jerry Brown. « Nous, citoyens de la 5e économie mondiale, ne sommes pas impressionnés », ajoute-t-il, en référence au poids de son Etat, le plus riche du pays.

    → À relire : Le « Calexit », ou l'improbable sécession de la Californie

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.