GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 15 Novembre
Vendredi 16 Novembre
Samedi 17 Novembre
Dimanche 18 Novembre
Aujourd'hui
Mardi 20 Novembre
Mercredi 21 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Nicaragua: ce que demandent les manifestants, c'est le départ d'Ortega

    media Manifestation contre le président Ortega. Managua, ce jeudi 17 mai 2018. REUTERS/Oswaldo Rivas

    Le Nicaragua retient son souffle avant la seconde journée du dialogue national, ce vendredi 18 mai 2018. Cette nouvelle rencontre entre la société civile, le secteur privé et les étudiants d'une part, et le président Daniel Ortega d'autre part, doit déterminer un agenda des principaux points à négocier pour sortir le pays de la crise, qui dure depuis un mois et qui a fait une soixantaine de morts.

    Avec notre envoyé spécial à Managua,  Patrick John Buffe

    Au lendemain du lancement du dialogue national, le Nicaragua a enfin connu une trêve fragile. Il y a eu, néanmoins, quelques manifestations sporadiques, comme c'était le cas de ces jeunes étudiants qui marchaient pacifiquement dans les rues de la capitale, Managua. Ils demandaient que justice soit faite, tout en rappelant, comme Giovana, qu'ils ne sont pas des délinquants : « Eux, dit-elle, ils croient que parce qu'on marche dans la rue, on va aller tuer des gens. Nous ne sommes pas des délinquants. Nous sommes seulement des étudiants qui voulons une patrie libre et un avenir. »

    Le président Ortega et sa compagne, la vice-présidente Rosario Murillo, le 16 mai lors du dialogue national. REUTERS/Oswaldo Rivas

    Pour atteindre cet objectif, les Nicaraguayens qui s'opposent à Daniel Ortega sont toujours plus nombreux convaincus qu'il n'y a qu'une seule sortie de crise possible : la démission du président.

    Miguel Guevara, un jeune chauffeur de taxi de la capitale, demande « que Daniel Ortega quitte le pays, et qu'on cherche comment avoir des élections anticipées ». « J'aimerais qu'on ait réellement des élections transparentes si on parvient au changement », ajoute t-il.

    Jeudi, le mouvement étudiant a donc, en toute logique, appelé à une grève nationale de 24 heures pour exiger la démission du chef de l'Etat.

    → À relire : Entre Daniel Ortega et ses opposants, le dialogue de sourds

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.