GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 11 Décembre
Mercredi 12 Décembre
Jeudi 13 Décembre
Vendredi 14 Décembre
Aujourd'hui
Dimanche 16 Décembre
Lundi 17 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • L'Australie reconnaît Jérusalem-Ouest comme capitale d'Israël (Premier ministre)
    Amériques

    Présidentielle en Colombie: le boulet vénézuélien au pied du candidat Petro

    media Le candidat Gustavo Petro lors d'une conférence de presse à Bogota, le 20 mai 2018. REUTERS/Jaime Saldarriaga

    Deux candidats sont favoris dans les sondages en vue du scrutin : celui de la droite dure Ivan Duque - qui rêve de l'emporter dès le premier tour - et celui de la gauche indépendante Gustavo Petro. Le Venezuela et la Colombie partagent 2 200 kilomètres de frontière commune et des relations souvent tendues depuis qu'Hugo Chavez est arrivé au pouvoir en 1999.  Des relations qui rejaillissent dans la campagne colombienne.

    Avec notre correspondante à Bogota, Marie-Eve Detoeuf

    Depuis des mois, la droite colombienne brandit la menace du « castro-chavisme » pour tenter de dissuader les électeurs de voter Gustavo Petro. Le candidat de la gauche indépendante a été guérillero dans sa jeunesse et il a longtemps manifesté sa sympathie pour la révolution bolivarienne d'Hugo Chavez.

    Mais Gustavo Petro qui a été maire de Bogota a ensuite pris ses distances avec Hugo Chavez et il a traité Nicolas Maduro de dictateur. Cela ne suffit pas évidemment à rassurer les « anti-pétristes ».

    La droite accuse maintenant Petro d'être secrètement financé par Caracas. Sans preuve. A une semaine des élections, le candidat de la gauche est crédité de 25 à 29 % des voix dans les sondages, du jamais-vu en Colombie. C'est dire que la « menace castro-chaviste » a montré ses limites comme stratégie électorale.

    On peut penser que la réélection de Nicolas Maduro - qui était attendue - ne va pas bouleverser la donne. A moins que le président vénézuélien n'ait l'idée d'apporter ouvertement son soutien à Gustavo Petro. Inutile de dire que celui-ci ne le souhaite pas.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.