GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 20 Juin
Jeudi 21 Juin
Vendredi 22 Juin
Samedi 23 Juin
Aujourd'hui
Lundi 25 Juin
Mardi 26 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Etats-Unis: selon la justice, Trump ne peut bloquer ses détracteurs sur Twitter

    media Donald Trump s'adresse quasi quotidiennement aux Américains via son réseau social préféré. Trumptweet

    Donald Trump n'a pas le droit de bloquer ses détracteurs sur Twitter, son outil de communication favori. Ainsi en a décidé la justice américaine le mercredi 23 mai. Des critiques du président américain avaient porté plainte après avoir constaté qu'ils n'avaient plus accès aux messages envoyés sur le fil d'actualité de l'hôte de la Maison Blanche. Selon les estimations, une centaine de personnes auraient ainsi été exclues du compte présidentiel.

    Avec notre correspondante à Washington, Anne Corpet

    Donald Trump ne cesse de fustiger les médias traditionnels et s'adresse quasi quotidiennement aux Américains via son réseau social préféré. Il utilise la plate-forme pour faire des annonces politiques, conduire sa diplomatie, et son compte twitter est suivi par 52 millions d'abonnés. Mais certains commentaires sont féroces, et, sans doute sous le coup de l'exaspération, le président a radié quelques virulents critiques.

    Une organisation de défense de la liberté d'expression a porté plainte, au nom de sept personnes concernées, dont un professeur qui avait commenté un tweet de Donald Trump par une photo du président  barrée des mots « corrompu, incompétent, autoritaire ». « La possibilité de réagir aux fréquents tweets présidentiels, en les commentant, s'inscrit dans l'exercice de la liberté d'expression protégée par le premier amendement de la Constitution » a tranché une juge fédérale de New York.

    L'institut plaignant s'est félicité d'une décision qui « interdit la censure gouvernementale sur une nouvelle plateforme de communication ». La juge n'a pas imposé au président de débloquer immédiatement ses détracteurs radiés mais s'il ne le fait pas rapidement, ces derniers sont décidés à recourir une nouvelle fois à la justice.

     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.