GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 11 Novembre
Lundi 12 Novembre
Mardi 13 Novembre
Mercredi 14 Novembre
Aujourd'hui
Vendredi 16 Novembre
Samedi 17 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Amériques

    Processus de paix: une présidentielle pas comme les autres en Colombie

    media Bogota, le 26 mai 2018. REUTERS/Carlos Garcia Rawlins

    Environ 36 millions de Colombiens sont appelés aux urnes ce dimanche 27 mai pour le premier tour de l'élection présidentielle. Un scrutin disputé, dans un contexte de forte division, notamment en raison des accords de paix signés en novembre 2016 entre le gouvernement et la guérilla des FARC. Mais un scrutin en temps de paix, une première. Les bureaux de vote ont ouvert. Ils le resteront jusqu'à 16 h heure locale.

    Qui pour succéder à Juan Manuel Santos, au pouvoir depuis 2010, prix Nobel de la paix en 2016 après l'accord avec les Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC) ? En tout cas, ce dernier l'assure : après un demi-siècle de conflit, ce seront les élections les plus transparentes et sûres que le pays ait connues.

    Selon le chef de l'Etat sortant, grâce aux accords de paix, il n'y aura plus de pression exercée sur les électeurs. L'armée sera déployée pour surveiller les 11 000 centres électoraux dans le pays. Plus de 6 000 hommes surveilleront particulièrement les zones de conflit ; le sud, l'est et le centre-ouest.

    Une unité spécialisée a été créée pour recevoir les plaintes pour d'éventuelles irrégularités. Des observateurs internationaux, des indépendants et des représentants de partis politiques et du procureur seront déployés dans les bureaux. Les premières tendances devraient être connues très rapidement.

    Un panel de candidats et de programmes tout à fait nouveau

    La paix a ouvert le jeu politique, dans ce pays où, depuis un quart de siècle, le pouvoir se joue entre la droite et l’extrême droite. Cette année, les électeurs ont le choix entre la droite dure, la gauche et plusieurs candidatures de poids au centre. Des projets de sociétés vraiment différents, une situation totalement nouvelle.

    La Colombie reste très divisée. Malgré plus de 50 ans de guerre, la droite conservatrice et son candidat, Ivan Duque, promettent de revoir les accords signés avec la guérilla marxiste. Des accords qui avaient également conduit le chef des FARC, Rodrigo Londoño Echeverri au prix Nobel de la paix.

    Ivan Duque, poulain de l'ex-président Alvaro Uribe, tente de rassembler ses électeurs en rassurant le secteur privé et en brandissant la menace d'un basculement du pays vers un socialisme du XXIe siècle comme le voisin vénézuélien si le candidat de gauche Gustavo Petro devait l'emporter.

    Car ce dernier, ancien maire de Bogota, a créé la surprise avec une remontée spectaculaire en quelques mois. La candidature de Gustavo Petro suscite de l'espoir parmi une frange de la population colombienne, lassée par la classe dirigeante conservatrice, qu'elle accuse de corruption et de népotisme.

    Les vieilles pratiques politiciennes n'ont pas forcément disparu

    Mais il y a d'autres candidats chevronnés, de droite comme German Vargas Lleras, ou du centre comme Sergio Fajardo et le libéral Humberto de la Calle, qui a négocié les accords de paix pour le gouvernement. A noter : un sixième candidat absent des débats, Jorge Antonio Trujillo, pasteur évangélique, ancien sénateur.

    Sur les bulletins : une case du vote blanc porté par un mouvement citoyen, et une autre case pour le vote blanc traditionnel, relate notre envoyée spéciale Véronique Gaymard. Mais rien ne dit que l'abstention va diminuer. Historiquement, elle est de 50% aux présidentielles, selon notre correspondante Marie-Eve Detoeuf.

    La campagne s’est déroulée dans le calme. Les candidats ont pu organiser des grands rassemblements sur les places du pays sans craindre pour leur vie. Et là, les électeurs peuvent voter tranquillement à peu près partout sur le territoire. Mais attention, cela ne veut pas dire que les vieilles pratiques politiciennes ont disparu.

    Les partis qui en ont les moyens - à droite - paient des bus pour emmener et faire voter leurs électeurs ou leur offrent un panier-repas. Un déjeuner, c’est beaucoup quand on est pauvre ! La paix ne veut pas dire non plus que le système électoral est sans faille, et M. Petro a appelé ses militants à la vigilance.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.