GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 17 Mai
Samedi 18 Mai
Dimanche 19 Mai
Lundi 20 Mai
Aujourd'hui
Mercredi 22 Mai
Jeudi 23 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Le Brésil toujours paralysé par la grève des routiers, malgré le geste de Temer

    media Des Brésiliens remplissent des bidons d'essence dans une station à Rio de Janeiro, sous l'oeil des policiers, le 28 mai 2018. REUTERS/Ricardo Moraes

    Au Brésil, la grève des routiers entre dans son neuvième jour, ce mardi 29 mai. Malgré les concessions faites par le président Michel Temer qui a notamment décidé de baisser le prix du gazole, la fin de ce mouvement de contestation n'est pas encore en vue.

    Les Brésiliens se sont réveillés ce mardi matin dans un pays qui tourne toujours au ralenti. La moitié de la production industrielle est à l'arrêt, il n'y a presque plus de produits frais dans les étals, beaucoup de stations-service attendent d'être ravitaillées, environ 70 000 poulets sont morts faute de nourriture, plusieurs universités sont fermées, sans parler des routes qui restent bloquées.

    Pour comprendre ce chaos, il faut savoir que le Brésil est le pays au monde qui dépend le plus du transport routier pour assurer son approvisionnement. Les camionneurs disposent donc d'un levier important et peuvent facilement paralyser ce géant de l'Amérique latine. Beaucoup d'entre eux sont indépendants et donc n'obéissent pas aux directives des syndicats qui, eux, ont appelé à lever les barrages.

    Mesures infructueuses

    Pour sa part, le président Michel Temer joue la carotte et le bâton. Après avoir baissé le prix du gazole, il menace à présent de poursuivre « ceux qui soutiennent illégalement le mouvement ». Selon le gouvernement, des personnes ont « infiltré » le mouvement des routiers, en poursuivant des objectifs politiques.

    A São Paulo, un petit groupe s'est rassemblé dans le centre-ville pour demander l'intervention de l'armée et la démission du président. Un président fragilisé à quatre mois de la fin de son mandat et dont la gestion de la crise est critiquée, même au sein de sa majorité au Congrès.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.